Accueil > Témoignages > « Un papier et un crayon sont amplement suffisants » > La rubrique « Un papier et un crayon... »

La rubrique « Un papier et un crayon... »

Présentation du thème de la rubrique

jeudi 27 juin 2002, par Serge

La rubrique « Un papier et un crayon... » est consacrée au témoignage d’un chercheur de l’ex-direction des études et recherches d’EdF. Le témoignage porte sur la vie interne, l’ambiance et le comportement des agents EdF.

Le témoin a souhaité conserver l’anonymat. Son prénom est Patrick. Il proposera par étape des textes, des documents et des observations personnelles sur le comportement de ceux qui sont mêlés à l’affaire, personnels hiérarchiques, syndicalistes, collègues de travail et autres.

L’affaire, que nous appelerons « l’affaire Michel Pays » en référence au rôle que semble y jouer un chef de département - bien que ce rôle soit dénié par l’intéressé - a donné lieu au tournage d’un documentaire de télévision d’une demi-heure, intitulé « Le salaire de la souffrance » et diffusé sur Arte le 22 février 2001 dans le cadre d’un Théma consacré au harcèlement moral.

Outre l’article ci-joint publié par l’Humanité en février 2000, l’affaire serait également évoquée dans le second livre de Marie-France Hirigoyen, où le témoin se serait reconnu dans le récit d’un chercheur appelé « Paul » par le Dr. Hirigoyen.

Bien que l’affaire soit antérieure à la nomination en 1998 de François Roussely à la tête d’EdF par le gouvernement de Lionel Jospin, le président d’EdF y serait mêlé par son rejet du recours gracieux présenté par le témoin en 2000 et par la protection dont semble bénéficier Michel Pays aujourd’hui encore.

Par ailleurs, « l’affaire Michel Pays » semble n’avoir été que le signe avant-coureur des phénomènes qui traversent actuellement EdF. Dans les textes EdF est un établissement public, très précisément une entreprise publique à caractère industriel ou commercial (EPIC). Dans la réalité, depuis sa nomination François Roussely y mène la privatisation à grand train, comme d’autres l’ont fait à France Télécom, sans que le moindre débat ait eu lieu à l’assemblée nationale sur la question [1]. Depuis 1998, les affaires se sont multipliées aux quatre coins des directions ou des services d’EdF - des affaires qui donnent le sentiment que le harcèlement y est devenu une véritable procédure de management visant apparemment les meilleurs ingénieurs ou chercheurs.

Nous espérons que le témoignage aidera à éclairer les visiteurs qui auraient le sentiment qu’il « se passe des choses » à EdF compte tenu des informations parues dans la presse, principalement le Nouvel observateur, sur la série de suicides de personnels hiérarchiques et d’agents EdF. Peut-être le témoignage amènera-t-il d’autres agents à parler.

Droit de réponse

Nous publierons dans la même rubrique le droit de réponse éventuel des personnes concernées, notamment Michel Pays, Brigitte Pinel, Gérard Menjon ou François Roussely.

Notes

[1Selon une source syndicale, la privatisation d’EdF et de GdF aurait été décidée en 1995 lors de la fin du second septennat de François Mitterand, sur un avis d’Alain Minc. Les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, auraient repris le plan de privatisation à leur compte sans le modifier de manière appréciable. Ainsi François Roussely aurait-il été nommé en 1998 avec la mission précise, bien que non dite publiquement, de préparer la privatisation. Celle-ci procéderait par des ouvertures progressives du capital échelonnées jusqu’en 2007, date butoir instituée par la règlementation européenne. Les syndicats dits représentatifs, à commencer par la CGT, auraient avalisé la procédure. Avez-vous noté l’absence de grève à l’initiative des syndicats depuis 1995 ? Selon la même source, la corruption des instances dirigeantes des principaux syndicats serait devenue encombrante. La CFTC aurait commencé un ménage discret en interne (ajouté le 7 juillet 2002).

4 Messages

  • > La rubrique « Un papier et un crayon... » Le 6 décembre 2002 à 17:58, par marcus

    je suis à EDF et j’ai vécu exactement la même chose !!!

    Comment s’en sortir ?

    Répondre à ce message

    • > La rubrique « Un papier et un crayon... » Le 6 décembre 2002 à 19:48, par Patrick

      Bonjour Marcus,

      Pour s’en sortir, nous avons les mêmes recours que les autres salariés ; et même plus, sauf que les recours internes sont systématiquement pervertis, avec l’amicale bénévolence des syndicalistes. Un point pratique : les agents EdF relèvent des prud’hommes (et non du tribunal administratif) pour tout ce qui est exécution du contrat de travail.

      Mais par ailleurs, le meilleur moyen de calmer les narcissiques est de parler d’eux ; si des témoignages concordants sur le fonctionnement d’EdF apparaissent, par exemple sur ce site, la hiérarchie sera progressivement de plus en plus gênée.

      Voulez-vous raconter l’histoire ?

      Répondre à ce message

      • > La rubrique « Un papier et un crayon... » Le 18 décembre 2002 à 17:50, par marcus

        Mon histoire est longue...
        Une hiérarchie qui ne communiquait pas du tout avec moi durant l’année et qui me sacquait pendant les entretiens individuels de progrès (je respectais les dates des objectifs à atteindre mais je n’anticipais pas assez par rapport à ces dates !!!!!).
        Une autre hiérarchie à la suite de la précédente qui disait que j’avais des mérites mais moins que les autres (après 6 ans sans avancement !!!), un refus de congés pour faire des cours en externe alors qu’il n’y avait pas de contraintes de planning (j’ai vu le directeur d’Unité et cela s’est arrangé, mais encore une année de plus sans avancement !!!), refus de congé pour partir en voyage avec ma femme alors que les congés avaient été posés un mois avant le départ et qu’il n’y avait aucune contrainte de service (j’avais simplement posé un jour supplémentaire et mon chef m’a signifié que si mon vol était l’après-midi, je devais venir travailler le matin,et que je devais demander un FAX à l’agence de voyages attestant que mon vol était bien le matin...)

        A noter que je possède un DESS et que je suis cadre depuis 8 ans et que je n’ai eu aucun avancement ; je suis au niveau de mon salaire inférieur à certains agents qui n’ont même pas un CAP et qui ont gravi les échelons à l’intérieur de l’entreprise !!!

        Je suis moins bien payé (si on déduit les échelons d’ancienneté)que n’importe quel jeune cadre embauché, alors que j’ai 20 ans d’entreprise !!!

        On me dit, que comme je ne suis pas mobile, je ne peux rien espérer,...mais certains de mon Unité ne sont pas plus mobiles que moi et évoluent..., et le fait de se faire sacquer n’aide de toute façon pas à la mobilité en cas de recherche d’un poste dans une autre Unité.

        Que me conseillez-vous ?

        PS : ce que je vous raconte ne sont que des cours extraits de ce que j’ai vécu et enduré.

        Répondre à ce message

  • La rubrique « Un papier et un crayon... » Le 22 avril à 22:43, par Tony

    Cet avis se révèle être très agréable merci, je repasserai à mon avis. Tony du portail web de robot d’options binaires

    Répondre à ce message

Répondre à cet article