Accueil > Libres propos > Harceler son harceleur

Harceler son harceleur

mardi 19 mars 2002, par Marieke

Le harceleur n’est pas nécessairement compétent en tout. Il est surtout très fort pour déceler les failles d’autrui et pour disqualifier verbalement, soit en parlant sur l’autre soit directement en face à face, par des propos désobligeants. La sortie du harcèlement passe par l’action. Pas nécessairement par la réaction, car c’est ce qu’il attend.

Inversez la relation de pouvoir ! Inversez la déstabilisation. Il faut aussi garder l’estime de soi et l’action conforte même si les réussites sont mineures au début.

Ne jouez pas les victimes ! Pleurer, geindre est la meilleure façon de se mettre dans le personnage qu’il souhaite. Souriez, organisez-vous et attaquez. Donnez-vous des bons points. Suivez vos progrès. Soyez le meilleur ami de vous-même.

Vous prenez note de tous les propos disqualifiants. Ce petit calepin est le début d’une réaction intelligente pour sortir de l’émotionnel.. Au bout d’une semaine, vous les repérerez. Faites alors reformuler en public les propos vagues : Qu’entendez vous par... Que voulez-vous insinuer... Avez-vous un exemple précis...

Vous n’acceptez pas les culpabilités. Se replacer au niveau des autres collègues : ce qu’ils savent faire, ce qui est possible, ce qui est le résultat attendu...

Il parle des règlements internes, vous aussi ! Ce qui suppose de bien connaître le règlement intérieur et de l’appliquer à la lettre. Mais le harcelé doit toujours être clair avec cela. Le harceleur l’est sûrement moins. Trouvez ses manques !

Utilisez la démarche qualité. Les objectifs, les processus, les exigences, le manuel de management... avec un peu de chance il clarifie les rôles, les missions et la contribution de chacun. C’est alors un vrai plaisir de demander : « Il est prévu en page N que le personnel soit informé de... » « Je vois bien que je ne fais pas ce que vous attendez, pouvez-vous me montrer où c’est écrit » « Pouvez-vous m’indiquer la règle » « Pourquoi est-ce appliqué différemment... » « Quand l’auditeur est passé... il a dit... » Faites la liste de ce qui est écrit comme rôle et mission de votre harceleur et de ce qu’il ne fait pas. Ne lui dites rien, mais à votre prochaine confrontation avec la hiérarchie et votre harceleur, sortez la liste !

Ayez un bon magnétophone. C’est peut-être inutile juridiquement mais quel bonheur de partager l’analyse de la situation avec le syndicat, les collègues... Cela permet de prendre du recul et de faire une jolie collection de bandes au cas où...

Préparez une négociation de sortie. Sortez de la peur de perdre votre job ! Il veut vous faire sortir, aidez-le en vous aidant vous-même. Une formation pour accéder à un job plus rémunérateur dedans ou dehors. Pendant ce temps-là il n’a plus de souffre-douleur... Utilisez toutes les ressources de l’entreprise pour obtenir ces formations, ou ces mutations. Le front du refus est une position moins facile que la négociation et le médiateur. Un bon plan est la nouvelle loi sur la reconnaissance des acquis professionnels.

Cherchez des alliés - soyez solidaire. Sauf cas particulier et objectif évident, le harceleur ne se contente pas d’une proie. Quand les victimes s’allient, il perd l’avantage de diviser pour régner qui est une de ses forces majeures.

Parlez ! Mettez des mots sur ses actes. Une phrase courte qui définisse son mode d’action préféré. Dites-la ensemble à chaque fois que le harceleur agit. « X est en forme aujourd’hui, qui va-t-il démolir ? » « Sa femme a dû le harceler ce week-end, il va se venger » « La bête du Gévaudan a encore besoin d’une victime. » Bref un peu de communication de base... L’humour est redoutable et vous donne des alliés.

Parlez aux syndicats - mobilisez le CHSCT. Parlez au médecin du travail. Parlez à l’inspecteur du travail. Des faits, toujours des faits ! La convergence des témoignages nuit au huis-clos, le domaine de prédilection du harceleur. Parlez de la loi. Affichez-la sur les panneaux du personnel. Faites-la circuler !

Il vous accuse de perdre vos dossiers (après les avoir dérobés). Cachez les siens !

Il répand des calomnies derrière votre dos, parlez de ses insuffisances (factuelles, voir paragraphes précédents).

Dans une dernière phase, vous pouvez vous en prendre à ses petites affaires chéries comme dans la cour de l’école... ça défoule ! Et ça l’occupe. C’est illégal, vous avez franchi le Rubicon. Mais lui aussi est dans l’illégalité vis-à-vis de la loi qui proscrit le harcèlement...

61 Messages

  • > Harceler son harceleur Le 22 mars 2002 à 14:42, par Céline

    comment faire pour déposer une plainte concernant le harcèlement moral ????

    Répondre à ce message

    • > > Harceler son harceleur Le 27 mars 2002 à 11:26, par Pierre

      Il existe deux possibilités :

      - Les prud’hommes, pour tout ce qui est en relation avec l’exécution du contrat de travail proprement dit. Contact : tribunal des prud’hommes du département.

      - Le pénal, si vous souhaitez déposer plainte contre une personne déterminée, et si vous disposez d’éléments de preuve suffisants. Allez dans un commissariat avec votre dossier, ou écrivez au "procureur de la république" du tribunal de grande instance concerné.

      Répondre à ce message

      • > > > Harceler son harceleur Le 17 septembre 2002 à 15:14, par pierre

        victime de harcèlement ds le cadre d’une affaire de trouble de voisinage ’ j’ai déposé plainte auprès du procureur de pau apprès une agression physique (i t t de 15 jours ).Elle s’est "égarée"(réponse de l’avocat) l’ayant reformulée il n’y a pas eu suite.Les harcèlements continuent avec menaces de mort répétées..

        Répondre à ce message

        • > > > > Harceler son harceleur Le 17 septembre 2002 à 20:04, par Michel

          Bonjour Pierre,

          L’ensemble de l’article 222 du code pénal est consacré aux « atteintes à la personne humaine ». Le harcèlement n’est qu’un cas particulier. Vous ne posez pas de question ? Si vous souhaitez témoigner sur l’histoire, ou sur le rôle de l’avocat ou du procureur, c’est possible. Envoyez par exemple le récit à l’adresse :

          webmestre@harcelement.org

          Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 31 juillet 2004 à 23:18, par André MERCK

      Ne pas harceler son harceleur, noter tous les propos de son harceleur, l’ enregister discrètement et le remettre a votre avocat en droit public, en prenant soin de souscrire une protection juridique, coût annuel environ 60 euros, pour un capital de 2000 euros d’ honoraire juridique

      avec mes meilleurs entiments amicaux,

      A.M.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 26 mars 2002 à 19:34

    Il est honteux que cet article presuppose que la personne harceleuse soit de sexe masculin.

    Répondre à ce message

    • > > Harceler son harceleur Le 30 avril 2002 à 08:26, par Michèle

      Je pense que le harcèlement est assez grave et mérite mieux que de connaître si le harceleur est masculin ou féminin.
      De toute façon, l’un ou l’autre le pratique de la même manière et le résultat est le même : c’est le harcelé qui souffre.

      Michèle

      Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 16 mars 2013 à 08:49

      MA FILLE EST HARCELER PAR UNE ADULTE EST SA FILLE LES PERSONNE NE SONT PAS TOUTES DE SEXE MASCULIN.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 13 avril 2002 à 22:45

    L’auteur de cet article semble en connaître un rayon en matière de harcèlement ... à se demander si le harcèlement ne tourne pas en rond, ce quipermete de le discréditer : qui veut tuer l’AVNHPT

    Répondre à ce message

    • > > Harceler son harceleur Le 30 avril 2002 à 08:22, par Valérie

      Le harcèlement existait déjà bien avant l’ANVHPT.
      Moi-même j’ai commencé à vivre cet enfer il y a dix ans et le harcèlement j’en connais un rayon.Et je n’ai pas honte aujourd’hui de "rendre à César ce qui est à César".
      Je pense que Marieke sait de quoi elle parle, et l’explique très bien.
      Valérie

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 29 juin 2002 à 13:08

    Bonjour,
    Je réalise aujourd’hui que c’est ce que j’avais fait dans mon entreprise, à l’encontre de plusieurs harceleurs (dirigeants) et je continue ma lutte judiciaire, surtout grâce aux heures supplémentaires toujours pas régléesà ce jour ; Ils ne sont manifestement pas fichus (même leur avocat qui est titulaire du capa contrairement à moi ; c’est ce que j’avais déclaré à la barre en référé au prud’hommes) de faire un tableau précis des heures suppléméntaires et du décompte de mes repos compensateur.
    Il me semble que c’est la meileur méthode de s’en sortir et cela signifie pour moi que nous devons savoir et apprendre à se défendre contre des dictateurs en herbe.

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 10 octobre 2002 à 00:05, par T2

    bonjour , je travail dans un groupe industriel sur le secteur de BESANCON où là aussi le harcelement et comme de coutume pour obliger le personnel à effectuer diverse chose (horraires , démissions ,contre augmentations.....). L’article me parais de bons conseils contre cet individu (Responsable de production ). Je suis moi même passé par là et je sais maintenant que c’est dure à vivre...
    Ma façon de contre carer ce harcelement à été comme dans l’article le sourir et même un peu d’irronie avec de la fermeté , ça à duré une semaine et deux jour de torture , et depuis, ce monsieur ne risque plus de venir , pour stoper le harcelement je me suis aussi présenté pour le poste au CHSCT de la scociété.
    je recherche des personnes pouvant m’expliquer le pouvoir du CHSCT envers ces harceleurs.Merçi d’avance.

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 10 octobre 2002 à 13:01, par maliciacool

    c’est tres utopique et tres complaisant. En lisant cet article je me rassure je ne me monte pas un film, mais voilà je n’ai que 23 ans et en contrat de qualification
    j’ai besoin de ce job pour finir mes études ne peux pas faire autrement. mais nerveusement je n’en peux plus.

    Et ce personnage est tout a fait celui que vous decrivez en 10 fois pire puiqu’il est bete. tout le monde a peur de lui il nous empeche de faire notre travail pour faire ces 4 volonté et en plus on se fait tuer car on a pas fait notre travail.
    En plus il profite des jours ou je ne suis pas là pour annoncer des informations clé et le lundi quand j’arrive il ne ma calcule pas je ne sais rien et pour me rendre plus mal il engueule, non il humilie mes collegues de mes erreur.

    Répondre à ce message

    • > Soumission et défense Le 28 octobre 2002 à 19:17, par Michel

      Bonjour Malicia,

      À mon sens, votre message soulève conjointement un vrai et un faux problème.

      Le vrai problème est que la plupart des rédacteurs sont plutôt de la quarantaine tandis que vous avez ving-trois ans. Le site est déficient en ce qui concerne l’aide à apporter aux jeunes adultes qui découvrent les réalités du travail et se demandent vers qui se tourner (de tout manière le choix est mince, sinon tout simplement inexistant, à part des institutions qui mettent en oeuvre la mise en échec des victimes). Il y a sans doute là une réponse spécifique à apporter, que le site n’apporte pas à l’heure actuelle. Si vous souhaitez y contribuer...

      Je crois aussi qu’il y a un faux problème. En particulier, quelque soient les mérites et les défauts de l’article de Marieke, je ne crois pas qu’il soit utopique ou complaisant de se défendre. L’alternative, en effet, est de se soumettre à l’agresseur ou de se défendre avec les moyens du bord. L’expérience montre que ceux qui se défendent s’en sortent mieux, ne serait-ce que sur le plan psychologique (on cesse de se mépriser dès qu’on se défend), et souvent aussi sur le plan matériel.

      Les personnes soumises suivent une sorte de fil conducteur implicite : « Si je me soumets, il deviendra gentil et arrêtera de m’embêter. » L’expérience montre à quel point cette stratégie est utopique, infiniment plus utopique que la défense : la soumission de la victime renforce le sentiment d’impunité de l’agresseur, et probablement sa jouissance (autant que nous le sachions). L’agression continuera donc ; pourquoi s’arrêterait-elle, puisqu’elle ne rencontre aucun obstacle ?

      Il reste néanmoins un peu artificiel de présenter le problème ainsi. La soumission est une attitude inconsciente (et largement majoritaire dans la population, pensez aux phénomènes qui se sont déroulés en France lors de la seconde guerre mondiale). Mais personne ou presque ne dit : je suis soumis(e). Une personne soumise rationalise son comportement ; elle explique par exemple qu’elle a besoin de ce job pour finir ses études et ne peut donc faire autrement. Pour ce qui est des arguments, on n’a que l’embarras du choix. Mais dans quel état serez-vous dans quelques mois ?

      De fait, l’expérience montre que les adolescents et les jeunes adultes sont plutôt plus soumis que les adultes, plus âgés, qui ont connu diverses expériences et ont progressivement appris à se construire des défenses - c’est le phénomène dont Marieke se fait l’écho, en dernière analyse. Ainsi, le harceleur présumé de Marieke s’est-il suicidé lorsque la direction de l’entreprise l’a mis au rencart à son tour.

      Cherchez des appuis. Tentez de regrouper vos collègues pour apporter une réponse collective. Utilisez le mot « harcèlement. » Il commence à faire peur.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 24 octobre 2002 à 10:55, par nath

    Bonjour à tous,

    Je connais moi aussi un problème de harcèlement moral au travail. Je crois en effet qu’il faut pouvoir s’affirmer plus que jamais quand on subit une telle violence. Moi, je l’ai fait en faisant en sorte que mon harceleur ait de moins en moins de prise sur moi et les résultats immédiats étaient plutôt positifs. Cependant, cette lutte voue épuise quand même et un moment ou l’autre, il faut parler de l’affaire à d’autres pour qu’ils vous aident, que ce soit un médecin du travail ou quelqu’un d’autre.
    Je ne suis pas sûre que procéder de la même manière que le harceleur soit une réelle solution. En tout cas, pour moi, cela ne l’est pas, car tout ce qui peut m’affirmer comme différente de lui me fait du bien. Ses attitudes sont illégales et moi, j’ai envie de rester ce que je suis et de ne pas glisser également dans l’illégalité, mais de me défendre avec tous les moyens légaux dont je dispose.

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 24 octobre 2002 à 19:27, par Michel

      Bonjour Nath,

      Vous exprimez avec justesse un point qui me chiffonnait depuis longtemps dans cet article. Il n’y a rien à ajouter à votre réponse, sauf peut-être que l’article de Marieke a été écrit dans une perspective un peu ironique. L’article est ce qu’il est, avec ses qualités et ses défauts, je l’ai laissé passer, bon...

      Ceci dit, la perspective du site est bien la vôtre : se défendre avec les moyens légaux dont disposent les victimes, quitte à aider les juges à évoluer dans leur appréciation du problème que posent les petits pervers (à mon sens, les mises en échec fréquentes des victimes par les instances de recours sont moins un problème de loi qu’un problème d’application de la loi par les juges ou les conseillers prud’hommaux).

      Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 20 octobre 2005 à 09:14, par Francine

      C’est vrai que de harceler son harceleur devient épuisant, et même si on n’en retire du positif, celà demeurera toujours une bataille de tous les jours. Et souvent le harceleur est lui même harcelé par un harceleur qui lui donne des ordres et les met à exécution parce que c’est son travail, il est très rénuméré pour nous harceler, un peut comme un tueur à gage mais qui tue à petit feu.

      Moi je suis encore au travail, ma cause n’est pas encore passé devant les tribunaux, mais d’aller travailler tout les jours pour un écoeurant comme lui me siffonne carrément, même si j’ai toutes les preuves pour ma défense, ça demeure très angoissant d’y travailler, trop de chose ce sont passé, alors je crois que pour ma santée je n’aurai pas le choix de changer d’emploi, à 42 ans tout recommencer à zéro ce n’est pas évident.

      Alors oui on doit dénoncer et poursuivre devant les tribunaux pour que le harceleur soit puni, mais une chose certaine il en harcèlera encore d’autre, qui tout comme nous se sentirons diminué sans vraiment se rendre compte que c’est du harcèlement au début, c’est pourquoi qu’il est important d’en parler avec d’autre aussi.

      Bonne Chance
      Francine de Berthier

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 6 novembre 2002 à 20:42, par sergio

    j’ai moi-même été victime de harcèlement au sein d’une compagnie Américaine de 1600 employés.

    Une tactique intéressante pour se convaincre que l’on n’affabule pas comme votre harceleur (ou vos harceleurs) essayeront souvent de l’insinuer consiste effectivement à adopter le même niveau de langage que ceux-ci : j’ai moi même été très satisfait de constater que la plupart de ceux qui suivaient le mouvement sans trop de conviction, en venaient à changer radicalement d’attitude lorsqu’elles constataient qu’il existait un danger pour elle également en persistant dans cette voie.

    Ma façon à moi fût de placer l’ouvrage de MF. HIRIGOYEN à côté de mon P.C. , de laisser traîner des publications juridiques sur le sujet aux photocopieuses, de plaisanter sur la question en demandant à mes interlocuteurs (externes à l’entreprise) de participer au barbecue que j’organisais avec mes boureaux...
    Quoi qu’il en soit, la seule réelle solution est bien de quitter au plus vite les lieux, une fois le diagnostic effectué...

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 26 novembre 2002 à 11:11

    La solution "harceler son harceleur" me parait particulièrement toxique. Nous ne sommes justement pas comme eux (les pervers harceleurs). Ils riquent de gagner si ils nous entrainent dans leur système de pensée.
    Je trouve particulièrement dangereux que sur ce site on propose cette solution. En effet quelqu’un qui s’est permis une fois d’utiliser des méthodes pervers (en plus avec la justification que l’autre le méritait) va banaliser ce genre de mèthode.
    Non.
    La meilleur défense contre le harceleur est (avec briser le silence)de rester soi même "propre".

    Je ne suis pas loin de penser que la personne qui a rédigé l’article est prés de basculer dans la perversion.
    N’oublions pas que les moyens révèlent la fin.

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 6 mars 2003 à 21:31, par sergio

      la lecture de ce propos me laisse croire que l’auteur de ce commentaire ne sait pas de quoi il parle. Il ne s’agit pas de proposer ce genre de solution comme généralité mais de donner aux victimes d’actes répétés de violence sournoise et quasi imperceptible, l’occasion de se donner les moyens qu’elles ne rêvent pas face aux abominations qu’elles entendent car c’est un des problèmes les plus importants lorsque cela vous arrive : vous convaincre que vous ne rêvez pas et préserver votre confiance personnelle.

      Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 30 juin 2003 à 12:57, par Edea

      Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi mais plus avec l’article qui est plus offenssif ! Pourquoi rester frustré des agissements du harceleur, passer à l’attaque lui ferait prendre conscience qu’il peut y avoir une riposte et il peut prendre peur en vous laissant un peu tranquille. Il faut abandonner le rôle de victime et attaquer en montrant qu’on voit bien clair dans son jeu et qui dit harcèlement moral suggère le harcèlement sexuel refoulé alors il faut se foutre de lui en lui disant qu’il a un problème et qu’on en est pas dupes, et que même si ce n’est pas vrai, que tout le monde s’en est rendu compte : il faut semer le doute !

      Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 20 octobre 2005 à 08:13, par Francine

      Désolé mais tes propos sont stupide. Je crois que lorsqu’on n’est assez intoxiqué par notre harceleur qu’il est juste et équitable de le harceler, c’est de vouloir se faire respecter.

      Francine de Berthier

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 6 décembre 2002 à 16:50, par JFL

    attaquer en justice son harceleur est ce du harcelement

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 6 décembre 2002 à 19:51, par Michel

      En soi non ; cela s’appelle demander justice. C’est exactement l’inverse du harcèlement, qui repose généralement sur la confusion entre le juste et l’injuste.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 7 décembre 2002 à 13:25, par thierry

    Bonjour
    je suis surpris de certaines réactions indignées à ce que propose l’article, à savoir, et en priorité : parler, informer,c.a.d. refuser la loi du silence, du secret, de la solitude et du mensonge, véritable terreau de la tyrannie, montrer que l’on ne se laisse pas intimider et surtout que l’on n’est pas seulE...

    Si harceler la/le harceleur/se veut dire que l’on dénonce son incom-pétence quand c’est possible, je ne vois pas en quoi cela voudrait dire que l’on utilise les mêmes méthodes. C’est le contraire. Ok, à la rigueur pour d’éventuelles réserves sur les dernières suggestions de l’article..

    En outre, le légalisme comme seule et unique réponse paraît bien léger : demandez à n’importe quel magistratE ou en est l’efficacité de la justice en matière de traitement approfondi des dossiers complexes. Les situations d’engorgement dûes aux problemes d’embauches dans ce secteur aussi donnent des raisons d’avoir qq doutes. Bien sur, il faut avoir recours à la justice, mais aucun juge ne peut se substituer au travail initial de resistance et de reconstruction de sa dignité personnelle quand celle-ci est menacée sur le lieu de travail.

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 5 juillet 2003 à 22:53, par Nad

      Parler t’informer n’ai pas toujours la bonne solution la preuve j’ai perdu mon emploi je suis d’accord : HARCELER son harceleur bien qu’il est trop tard pour moi !!
      lisez ma déclaration vous comprendrez.......
      Le 2003-06-12 22:11, Nad a écrit :
      Bonjour CLX
      Je te soutiens très fort car vois tu j’ai moi même dénoncé un collaborateur qui me harcelait moralement celui ci adhérent au même syndicat que moi je ne comprenais pas pourquoi une telle méchanceté m’ayant fait à plusieurs reprises des avances j’en ai conlus que cela venait de mon refus .
      je suis donc aller voir mon délégué syndical et me suis rendu au bureau du directeur en vue d’une confrontation pour résoudre ce problème : il a refusé, une enquête a été mise en route et des réunions devant le conseil de discipline.
      Résultat je me suis retrouver licenciée !!
      mais pour une toute autre raison car on ne peut licencié en dénonçant du harcèlement ; après 17 ans de carrière évolutive sans jamais ni blâmes ni sanctions ; dans ce service je me trouvais être la seule femme.
      Je n’ai pas osée demander des témoignages sachant que personne n’ose se mouiller dans ce genre d’affaire surtout par peur des représailles, aussi je me suis retrouvée sur le banc des accusés (la victime devient coupable)
      Pour résumé ce collaborateur a été soutenu par ses collègues hommes avec de faux témoiganges (que j’ai pu contesté) ,mais le résultat est que je n’ai pas été défendue car mes délégués qui sont les siens également ont fait un choix politique le copain mais pas la copine !!!
      Alors je m’adresse à tous ne faites pas les mêmes erreurs que moi !Mon fils m’avait conseillé d’aller devant les tribunaux j’aurais dû suivre son conseil : faites en autant si vous désirez dénoncer une personne et surtout ne faites plus confiance en personne vôtre meilleur ami devient vôtre ennemi.
      Vaut mieux avoir des ennemis que des faux amis là au moins on sait !!
      J’ai 49 ans, je travaille depuis 33 ans croyait moi ma dignitée en a pris un sacré coup trahie par mes collègues dont certains je croyais être mes amis mais le pire est mon sindycat auquel j’adère depuis 35 ans quand mon père militant m’a fait prendre ma prmière carte !!!
      Vous ne savait pas le bien que ça m’apporte de vous parler.J’ai été très mal depuis plusieurs mois et le suis encore car la procédure maintenant est longue.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 12 février 2003 à 15:22, par isa

    Bonjour,
    J’aime bien toutes ces petites idées, mais elles sont beaucoup plus difficile à mettre en place. Aussi j’aimerai mettre en garde le fait de cacher des dossiers. Ca revient à la faute professionnelle. Dans mon cas, mon supérieur peut se permettre toutes les négligeances professionnelles possible, car il a des soutiens importants à la direction. Si moi, je me permets qu’un minime pourcentage de ce qu’il fait, je suis montrée du doigt par tout le monde, car j’agis d’une manière non constructive pour l’entreprise. Ce n’est pas parcequ’il se prend tous les droits que de mon côté je dois en faire pareil. Je n’ai pas la volonté d’apprendre les techniques pour harceller qn. car je veux rester sereine avec ma bonne conscience.
    Isa

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 6 octobre 2003 à 17:50, par yan

      Bravo !Bravo !Bravo,je suis tout a fait en harmonie avec tes propos,en effet,il n’existe,nul autre chemin pour arriver a tes fins,que de t’assurer que tes acts soit en harmonie avec ta conscience,c’est la plus grande force de l’homme,avec le temps,tu finiras par convaincre,et puis si ce n’est pas le cas,tu pourras toujours regarder les autres en face !courrage,ne change surtout pas de phylosophie !

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 4 juillet 2003 à 19:24, par Zouicha

    J’ai 42 ans et en ai vu de toutes les couleurs. Je suis d’accord avec l’article car il ne faut se laisser écraser, il faut être plus malin que le harceleur, sortir du cercle infernal....mais ce n’est pas toujours facile

    DP depuis 6 mois, je dois défendre et aider mes collègues.
    Tous les conseils sont les bienvenus.
    Yasmine.zouicha@wanadoo.fr

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 21 février 2005 à 18:41, par alea blanche

      En fait j’ai souvent été harcellée et j’ai trouvé la raison aujourd’hui.Au tarvail j’ai été virée parceque je suis tombée enceinte. Avant cela j’avais vécue avec deux patrons un gentil un méchand et problème avec une collègue. Avant cela j’ai été harcellée par mon frére ainé. J’ai encore eu des problèmes dans un autre job ou il fallait se serrer les coudes et où les titulaires en faisaient baver aux autres.. Aujourd’hui ? Même en formation de prépa d’infirmier(es) il y a des harcelleurs (euse). Mais je sais pourquoi aujourd’hui. J’ai trop d’assurance, je suis plutôt jolie, consciencieuse et posée.C’est toujours du à la jalousie. Bref le harcellement de toutes sortes je connais. Mais maintenant celles qui m’ennuient je vais les berner. Leur messes basses derrière mon dos en salle de cours, les rires sournois et les sous-entendus sexuels peuvent bien se tenir ! Je ne dis rien mais je prépare en douce mes rires, ma joie, ma participation et s’ il faut aller plus loin gare à mon impulsivité verbale ! et mes regards perçants voir les croches pieds ou mon plan de guerre ! Ma devise ? : à une personne agressive répondre séchement. A une harcelleuse comique répondre avec moquerie. A un chef ? préparer un arrêt maladie qui l’ennuira fortement si vous êtes indispensable. Contre des collègues ?leur marcher sur le terrain. Bref ne jamais faire sentir de défaillance ! C’est la guerre de l’invisible. Batons nous de façon discréte. Contre un vicieux ? privilégier le vice....... Signé : CC bon courage à tous ceux qui sont harcellées comme moi ! Mais je vais de mieux en mieux ! Je suis de plus en plus forte et sur de moi ce qui est énervant je le comprend. Rire ennui l’autre, être heureux aussi.

      Répondre à ce message

  • > Un combat durement mené avec de gros moyens Le 2 décembre 2003 à 18:39, par Un rescapé

    Bonjour,

    Je peux vous parler de mon expérience personnelle de harcelé et de témoin du harcèlement, de mon analyse psychologique du phénomène.
    Mon impression globale c’est que le pervers narcissique est un prédateur d’énergie et d’humeur. Il fonctionna sur un mode pervers dans le sens où son plaisir est le prendant de la frustration ou de la souffrance de l’autre
    J’ai longtemps pris sur moi et du faire preuve d’énormément de self-control et de patience pour parvenir à mes fins.
    Le peu de relation ’personnelle’ que j’ai réussi à établir avec mon harceleur m’a permis de toucher sa conscience par ma passivité affichée face à son projet de destruction. L’individu s’est, par mon mutisme savamment entretenu, retrouvé face au peu de conscience propre qu’il avait. Jouissant moi-même d’une excellente réputation par ailleurs, cet individu est à l’heure actuelle à la course à ma reconnaissance, et je sens sa curiosité extrême à savoir ce que je sais de lui, ayant réussi à en dévoiler une toute petite idée par personne interposée et encore une fois grâce à beaucoup de patience.
    Aujourd’hui, j’ai décidé, pour ma tranquilité et un peu par vengeance, il faut le dire, de le laisser dans ce désert d’incertitude auquel il aspire à sortir et pour lequel je détiens les clés de sa libération. J’entretiens donc à mon tour l’incertitude à son égard par prudence, ayant déjà fait la malheureuse expérience de la ’main tendue’, et aussi par conclusion qu’aucune forme de relation humaine ne sera vraiment possible avec ce genre d’individus, qui ne sont pas tout à fait des êtres humains.
    Je finirai par cette question terrible que mon expérience me suggère : Les juifs doivent ils pardonner les nazis pour ce qu’il leur ont fait ?
    Ma réponse est malheureusement : Non

    Répondre à ce message

    • pas d’accord pour harceler son harceleur Le 2 mars 2004 à 14:57, par Christine

      bonjour à tous,
      pour moi "harceler son harceleur" n’est une attitude ni logique, ni saine. D’ailleurs en serais-je capable...? Je viens juste de sortir, il y a 6 semaines, d’un état de harcèlement moral de 10 années. Peut-être n’ai-je pas encore "digéré" ma culpabilité de harcelée mais j’espère ne jamais infliger à mon harceleur son propre comportement
      pervers. En effet, l’élément fondamental pour moi en cette période de "restructuration mentale", est que j’étais et suis restée, malgré toute cette souffrance, une personne pleine d’humanité. C’est en moi, et moi seule, que se trouvent les clefs de la guérison et pas dans l’effrondement de l’autre.

      Répondre à ce message

      • > pas d’accord pour harceler son harceleur Le 4 mars 2004 à 14:41, par françoise

        Je suis d’accord avec vous.
        La vengence ne sert à rien , ni la haine dans cette histoire. Il me semble que le harceleur est un malade mental qu’il faudrait enfermé car dangereux pour les autres...
        Il faudrait surtout que la sté en parle plus que la justice reconnaisse ce fait et pas seulement dans le travail,
        Le harcelement est aussi très répendu dans la famille...
        Il faut que l’état le reconnaisse.

        Répondre à ce message

        • merci francoise,bien repondu
          sauf quand vous dites "La vengence ne sert à rien " .pour eviter d avoir a se venger et pour stopper le harcellement et ses consequences il vaut mieux se venger tout de suite,ecraser le harcelleur sans pitié ! avant que que justement le Harcellement ne s’engage plus avant et que l’envie de vengeance ne s’installe, vous bouffe, vous ronge completement
          achevant ainsi le travail du harceleur au dela de ce qu’il esperait. et et lui laissant le loisir de jubiler et de se degager de toute sa responsabilité

          Répondre à ce message

      • le meilleur moyen c’est d’écrire à son médecin du travail et à votre direction et de décrire ce qui se passe sur le lieu de travail exactement, mais ne pas s’en prendre au harceleur lui-même, un jour ou l’autre il sera puni.

        Répondre à ce message

        • > pas d’accord pour harceler son harceleur Le 20 octobre 2005 à 07:50, par Francine

          Je crois que pour dire de ne pas harceler son harceleur, c’est que vous n’avez jamais été harcelé, c’est bien d’écrire des messages à son syndicat... Moi j’avais provoqué une rencontre avec mon employeur dans le but de lui faire avouer certain fait, j’avais demandé à deux membres de mon syndicat de m’accompagner, ça prend des témoins. Innocamment je posais des questions à mon employeur et je répétais les questions et lui ne me disant jamais la même réponse, il a fini par se mêler et avouer involontairement tout ce qu’il m’a fait. Ensuite je rencontre mon syndicat et leur dit "vous avez attendu tout comme moi" ils ont attendu mais ne veulent pas s’occuper de mon cas, merveilleux le syndicat, soit qu’ils sont la cible de harcèlement aussi ou ils ont un petit bonus venant de l’employeur. Heureusement j’avais pensé enregistrer ma rencontre avec l’employeur, disons que j’étais assez enfoncé, au point de ne plus faire confiance à personne.

          Avoir fait confiance à un syndicat que je paye pour me défendre et bien je serais encore la cible de harcèlement. Le harceleur va finir par jouer une mauvaise carte, observez bien son jeu pour y trouver la faille. De planifier une rencontre surprise avec son employeur au lieu de se faire convoquer, celà désarme un harceleur, il vous craindra.

          Francine de Berthier

          Répondre à ce message

      • > pas d’accord pour harceler son harceleur Le 30 juillet 2006 à 22:19, par Senos

        chère...,
        vous êtes ds l’erreur.Vs semblez défendre VOTRE harceleur ? Par identification à l’agresseur ( notion bien connue en psy et surtout en VICTIMOLOGIE ).
        Un harceleur EST un MEURTRIER : son
        SEUL BUT est de faire SOUFFRIR ? Aimez-vs souffrir ?
        NON ? ALORS JUGEZ ET CONDAMNEZ CE TYPE DE MEURTRIER.IL N’y a pas d’autre SOLUTION pour VOUS sauver ET retrouver la PROFONDEUR de VOTRE DIGINTé !
        — ou alors, vs êtes très croyante et très bonne ? Dans ce cas, vs assumez la souffrance qui vs a été infligée.
        La souffrance est le "fonds de commerce" de la religion...et bientôt l’on va vs voir ecrire que VOUS PARDONNEZ à VOTRE DESTRUCTEUR.
        — - Réfléchissez bien à la nécessité de bien RETROUVER et de ré-ancrer VOTRE dignité bien au fond de vous-même.
        - Si vous PARDONNEZ - ou si vs HESDITEZ - à de telles créatures qui sont des PERVERS, alors vous risquez de CAUTIONNER TOUS les HARCELEURS et TOUS les DESTRUCTEURS de la Vie !
        Etes-vous en faveur de l’AVORTEMENT ou de l’EUTHANASIE SOCIALE ?
        - Cessez de DEFENDRE votre BOURREAU et TORTIONNAIRE, et ttes les VICTIMES de meurtres psychologiques
        et de GENOCIDES ( c’est la même perversion fondamentale ).
        COURAGE, Remettez-vous en réfléchissant bien à ma réponse qui vous exprime aussi mes meilleurs sentiments.

        Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 16 février 2004 à 01:37

    ça donne envie d’agir quand on lit tout ça.
    moi hélas, j’ai craqué, et bien craqué, ma harceleuse m’appele dans son bureau ,j’ai eu droit à "votre bureau c’est le bordel, c’est pas le bureau d’une secretaire, vous devriez faire des fiches de voeux pour partir, et d’abord quand je serai plus la vous allez en baver , tout le monde dit que je vous protège (si je n’etais pas si angoissée je rirai de cette reflexion)
    et puis c’est la demande d’explication ecrite : j’aurai soit disant refusé de faire un travail , je dois répondre de cela.
    je lui di que c’est faux que j’ai jamais refusé de faire quoi que ce soit, elle me dit :"he bien répondez, je dois vous sanctionner ce n’est pas normal, "
    abasourdi je prends la feuille et je "pete les plombs " s’en était trop
    j’eclate en sanglot et je lui dit : vous m’avez fait craqué la, je n’en peut plus je suis à bout, vous savez ce que je vais faire maintenant ? je vais prendre ma voiture et me jeter contre le premier mur que je vois , vous m’avez fait craqué mais vous vous irez en taule pour ça, la j’en peux plus.....alors je vais dans mon bureau j’ecri un mail a mon syndicat je suis en pleur je sais que je vais en finir la j’en peux plus, la chef me suis, me reprend le papier en me disant et puis non je vous l’enleve , j’ai fini mon mail au syndicat ou je lui signale les probleme , et lui demande sil devait marriver quoi que ce soit parce que je n’aurai plus la force de tenir d’ataquer mon superieur.
    je me calme, je repose mes clefs de voiture , la chef m’a foutu la paix , je suis rentré chez moi , et j’ai vu mon toubib il m’a arreté.
    j’ai failli mourrir et pour moi je ne voyai que cette solution .

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 20 février 2004 à 14:42

    Je trouve votre texte génial, mais il traite le sujet que dans un sens.
    je m’explique:je viens d’être muté dans un LEP ou je suis responsable des magasins:le tic,c’est que l’aide magasiniers(1/2 TEMPS) ne maîtrise pas son travail(probleme auditif,oubli,mensonge,manipulation il ne commet jamais d’erreur...)et chaque tâche nouvelle ressemble pour lui à du calvaire,et à ce moment là j’ai droit à tout les noms d’oiseaux(sale,tu n’es pas un professionnel,je n’ai jamais travaillé comme ça,je vais dénoncé tes magouilles...
    Au début j’avais de la sympathie pour lui,mais aujourd’hui je vous avoue,que j’ai de la haine pour lui
    car il n’a du respect pour personne,car apparement son statut de contractuel et de malade...Le protège,car toute réfléxions de notre part on passe pour des incompétents,des harceleurs:Résultat des courses il a piqué des informations sur votre sites et au lieu d’en tirer profit,il est entrain
    de signer son licenciement.Comme même il faut être gonfler pour demander à son supérieur hiérarchique
    d’aller faire les courses.

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 26 avril 2004 à 09:56, par sophie

    bonjour ,
    cet article est très intéressant .
    y a t-il des textes qui protègent aussi le harcèlement moral au sein de la famille ?
    comment de se préserver de quelq’un qui vous poursuit moralement ? merci

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 10 août 2004 à 01:33

      C’est ca le probleme.on parle toujours du harcelement dans le monde du travail mais tres peu, voire jamais, du harcelement en famille.
      on peu toujours rompre et changer d’entreprise mais peut on changer de famille ?

      Répondre à ce message

      • > Harceler son harceleur Le 10 avril 2005 à 15:37

        moi aussi je recherche de la docs sur les harceleurs (dans le milieu familial) mais hélas, pour le moment, quenini... Je suis divorcée et maman de deux enfants. Cela fait deux ans que je supporte les agissements plus que destabilisants de la part de mon ex. Manque de change, il travaille dans la même entreprise que moi. Résultat des courses : obligée de partir avec les enfants dans un autre département...Procédures sur procédures, il continu. Je n’arrive pas à prouver ce "délit" !

        Répondre à ce message

        • > Harceler son harceleur Le 25 novembre 2005 à 13:31

          Bonjour,
          Pour information voir le site "Poil de carotte" qui présente le texte de la proposition de loi sur le délit global de harcèlement

          Répondre à ce message

        • > Harceler son harceleur Le 31 juillet 2006 à 21:13, par christine

          j ai le meme probleme que toi mon mari est un harceleur j ai consulte un avocat qui sur de lui accuse pour faute et l oblige a quitter le domicile familial !!!comme s il etait possible de prouver !! n invitant jamais personne etc !! je n obtiendrai aucun certificat c est trop degueulasse alors je reste dans cet enfer j en peux plus ce sont des porcs

          Répondre à ce message

      • > Harceler son harceleur Le 4 décembre 2005 à 22:32, par Sylvie

        Je me rends compte aussi qu’il n’existe rien sur le harcèlement moral autre que sur le lieu de travail pourtant je suis moi aussi harcelée dans tous les domaines de la part de mon ex mari et je cherche à le prouver ;mais je suis démunie ;Comment prouver ?Comment prouver le bourrage de crâne chez les enfants,toutes les actions intentées destinant à me pourrir la vie,c’est le clou que l’on enfonce petit à petit....

        Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 4 mai 2005 à 17:51, par Corine

      bonjour,
      J’ai été harceler par mon mari pendant des années , quand j’y est fait face il en ai venu aux coups physiques. Le seul moyen fuir son harceleur en communoté c’st toujours un homme merveilleux on me disait que j’avais de la chance mais quand le masque tombe en privé c’est pas la meme chose. J’ai lu le livre "le harcelement moral de marie-France Hirigoyen ca fait pas tout mais on se sent moins seule il y a le meme livre le harcelement moral dans la vie professionnelle

      Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 11 mai 2005 à 14:54, par clement

      je recherche sur le web des associations et des chats sur le harcelement moral à la maison mais je n’ai rien trouvé de spécialisé ; on revient toujours sur le harcèlement au travail. mon agresseure est (était) ma conjointe et travaille pour le même employeur que moi.... Reste à évaluer le dommage causé sur les lieux de travail, car devinez qui est le harceleur dans ses interventions ?

      Pour ce qui est de harceler son harceleur ; ils ne réalisent(n’admettent) pas ce qu’ils font, par contre çà les confonds d’être sur la défensive. De mon côté, je ne me gêne pas pour lui dire que c’est une harceleuse et qu’il ya de l’aide disponible.

      Répondre à ce message

      • > Harceler son harceleur Le 14 août 2006 à 22:17, par celeste

        moi je me marre pas tous les jours alors je veux bien etre en contacts on pourrait cela aiderait peut etre a mieux se defendre vis a vis de ces inadaptes car ne l oublions pas ce sont des faibles qui nous font croire en leur superiorite bof mais quand meme cela finit par avoir un impact tres fort sur notre envie de vivre m-c.bonnet@hotmail.fr

        Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 31 juillet 2004 à 23:13, par Engelhardt ( Ange dur )

    Il ne faut pas harceler son harceleur,
    il faut répondre à la haine par l’ intelligence, noter ses propos et les rapporter à son avocat en prenat soin de payer une protection juridique.

    Si vous perdez au niveau des syndicats, oul a plupart sont des poivrots qui se payent des déplacements et repas de restaurants avec les cotisations des adhérents, il faut les traduire devant des conseils d’ etats ou cours Européenne.

    Mo harcèlement au niveau d’ un commandant de Police d’ un Service de Polce Judiciaire de France que je ne nommerai pas à commencer par le lancement de document de travail, ensuite les insultes " Mal baisé " - " ta femme te quittera " - devant un collègue avant de passer au grade Commandant de Police en s’ assayant sur le bureau de l’ ancien chef de service il a dit " celui qui me suce, je lui donne ce qu’il veut " - claquement des doigts a mon passage -
    Réflexion du genre tu es trop payé pour ce que tu fais et le patron aussi " en parlant d’ un Contrôleur de Région de Police Judicaire de France. et j’ en passe. autre victime , une secrétaire, un handicapé, atteint d’ une makladie congénital ( " Bosse sur le dos, colone rectifiée médicalement ) ce dernier a dijoncter et agressé des tierces personnes et s’ est retrouvé en garde à vue dans les locaux de Police qui avaient besoin de ses services pendant plusieurs années.

    Avec mes respectueuses salutations et votre discrétion assurée

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 28 janvier 2005 à 17:35, par requiem

    je retrouve avec plaisir ,tout ce que je suis en train de faire à mon chef (lui est militaire et moi fonctionnaire) ! c’est vrai qu’au début c’est trés difficile ,savoir garder son calme, se maitriser, surtout devant quelqu’un qui se croit supérieur à vous. Mais à la fin il est destabilise et il commence à faire de plus en plus de faute ,en deux mots :c’est jouissif !

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 31 mai 2005 à 21:25

    Bonjour,
    Il existe aussi des cas ou le harcèlement est organisé par la direction d’une entreprise rachetée ou en cours de restructuration, et ceci en vue de faire partir ou de provoquer le licenciement calculé des personnes ayant 30 ou 35 ans d’ancienneté sans leur payer leur indemnité, en essayant de les pousser à la faute. Cette situation est difficile car conduite par des professionnels de ce type de harcèlement, et l’ayant déjà pratiqué avec les mêmes objectifs.
    Je puis vous assurer que ceci est une situation très difficile. Il n’y a souvent dans ce contexte rien à attendre de qui que ce soit : avocat, délégués,CHSCT, syndicats, collègues .... ; ni même de l’inspection du travail ou de la médecine du travail, et ce surtout dans une petite entreprise de quelques centaines de personnes, même si celle-ci appartient à un groupe de 40 ou 50000 personnes.

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 27 février 2006 à 21:00, par Lara C

      Bonsoir,

      Je viens de lire votre message et comme je suis heureuse de le voir. En effet, je suis dans ce cas malheureusement. Notre direction a adopté ce système de management afin de pousser les personnes à partir. Mauvaise foi, rétention d’informations sur des dossiers, augmentation et prime seulement pour ceux qui sont à leur "botte", etc.
      Je ne sais plus vers qui me tourner. La direction manipule tout le monde.
      Pour les affronter, il faut dépenser beaucoup d’énergie (savoir se maîtriser, être vigilent, être encore plus performant,etc.). Je suis fatiguée...

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 9 août 2005 à 16:25, par don quichotte

    aujourd’hui je lit ces lignes qui me mettent ...en gros si j’avais juste tapé ces quelques lettres sur google...

    j’aurais géré mon affaire différement !!!

    Ceci est relativemnt récent (6 mois), mais je veux tourner la page...trés vite...

    Répondre à ce message

    • > Harcelé ou harceleur Le 15 septembre 2005 à 01:40, par Pavlov

      Pour moi c’est un peu le contraire qui se produit. Je me retrouve présentement, suite à une série d’évennements malencontreux, dans une situation ou je semble, malgré moi, être devenue une sorte d’harceleur.
      Dans un environnement de consanguinité, les magouilles d’un superviseur harceleur et d’un collègue irresponsable, opportuniste et manipulateur ont fini par me rendre frustré et territorial.
      En nivelant vers le bas la complexité des tâches et en utilisant par la suite les lois syndicales favorisant l’ancienneté de mon collègue j’ai été forcé dans une sorte de mise au placard et suis par conséquence vulnérable aux mises à pied. Afin de protéger mon emploi je tente désespérément de mettre mes compétences en valeur.
      Malgré moi je me suis rabaissé à des critiques et mesquineries envers ce collègue et les gens autour commencent s’en rendre compte.
      Maintenant c’est moi qui passe pour un véritable harceleur et lui pour une pauvre victime.
      Ma vie est devenue un cauchemar.

      Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 24 septembre 2005 à 00:27, par une "harcelée" victime d’une arnaqueuse se faisant passer pour la harcelée

    je suis salariée de l’entreprise de mon père et une de mes collègues cherchait, depuis son embauche, une "tête de turc", parmi ses collègues ou son patron, pour pouvoir partir de l’entreprise avec les ASSEDIC et un petit pactole des Prud’hommes si possible... on s’est rendus compte trop tard qu’elle était coutumière du fait, que porter plainte et démissionner au motif de harcèlement moral, c’était son gagne-pain, son "fonds de commerce".
    elle nous a TOUS, nous ses collègues, harcelés moralement depuis un an, faisant démissionner l’un, faisant pleurer l’autre, pourrissant littéralement l’ambiance de travail. et ce matin, elle me téléphone à mon domicile (je suis en arrêt maladie) pour m’informer qu’elle porte plainte contre moi, notamment pour harcèlement moral et pour fautes professionnelles (elle n’est pas mon supérieur pourtant)... outre les insultes pendant 20 minutes...
    je suis quelqu’un de naif, d’optimiste, faisant entière confiance à l’Autre. Malheureusement, en recherchant sur des sites spécialisés comme le vôtre, je m’aperçois qu’il est si facile, en étant comédien, menteur et manipulateur, de "monter un bateau" contre un patron ou un collègue... et quel moyen a-t-on de se défendre ? Votre conseil sur le "vol de dossier" est hallucinant ! c’est exactement ce qu’elle a fait : perdre des dossiers supra importants et accuser les autres de les lui avoir volés.... ce qui bien sûr est archi faux. elle a dû prendre des idées sur des sites tels que le votre, et je trouve cela dangereux.

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 16 novembre 2005 à 11:02, par Anna

    Je trouve cet article très utile. Le harcèlement n’est pas une fatalité.

    Pour ma part, je débute dans une entreprise (j’ai 24 ans), et l’autre secrétaire est dans le même bureau que moi. Et elle ne m’a JAMAIS parlé ! A peine un "bonjour" le matin. Une autre secrétaire est déjà partie à cause d’elle. Pendant un mois j’ai essayé toutes les méthodes possibles : la gentillesse, le mépris. Rien ne marchait. Je commençais à désepsérer. Mais depuis hier (où j’ai vu cet article), je me sens beaucoup mieux, j’ai passé à l’offensive. Et qu’est-ce-que ça fait du bien !!
    Je ne me sens pas dans l’illégalité du tout. Je me défends, et même si elle ne l’entend pas de cette manière, moi je trouve ça normal.

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 21 décembre 2005 à 10:55, par line

    Merci pour ces quelques éléments qui peuvent éviter aux victimes de harcèlement de culpabiliser et leur donner le courage de se battre

    Répondre à ce message

  • > Harceler son harceleur Le 30 septembre 2006 à 17:57, par espoir

    je suis désolée mais je ne donnerais pas mon vrai prénom, je suis en train de vivre ces horribles moments et je veux me préserver mais je tiens à témoigner et je me nommerais pour ce message : Espoir.
    Je suis vidée , lessivée, j’essaie de me sortir de la tête les événements des deux jours précédents au travail mais je n’y arrive pas, j’essaie d’arrêter mes pensées pour ne plus pleurer, pour ne plus avoir mal. ça fait aujourd’hui trois jours que je pleure, ça m’a donné de la sinusite, j’ai les yeux gonflés, j’ai mal à la tête, autour des yeux mes larmes ont tellement coulé que ma peau s’est plissée. Je veux être positive, me dire que je tiendrais et à chaque fois que je dis ça je tremble, j’ai peur. Peur de quoi ? pourquoi ?
    Du mal, de la méchancetés des gens. Et pourtant grâce à ça j’ai découvert certaines personnes qui me soutiennent malgré et sûrement leur crainte vis à vis de la direction de perdre leur travail. Elles sont venues vers moi et quand je commençais à croire ce que ma responsable me dit ; que personne ne m’aime dans le service, que tout le monde a peur de moi, que je stresse tout le monde par mon attitude,ces personnes sont venues vers moi. Et, même si elles sont vues avec moi, elles ne bougent pas, elles restent.ça me fait énormément de bien et je ferai mon possible pour ne pas les impliquer dans mes problèmes même si elles m’ont proposée de témoigner. Elles m’ont dit que malgré mon caractère emporté, elles s’étaient aperçues que j’étais droite, honnête, gentille et qu’avec moi, il n’y avait pas de méfiance a avoir, que lorsque j’étais en colère après quelqu’un j’en parlais et ça n’allait pas plus loin.
    Je sais, c’est pour ça qu’on peut s’en prendre à moi, je n’ai pas de barrière, pas de protection.
    Ce qui est étonnant, c’est qu’avec une de ces personnes je n’avais pas eu vraiment de relation et celles avec qui je discutais habituellement ce sont elles, qui me laissent tomber et je sais que c’est la crainte.Elles l’on déjà dit lors d’une visite du chsct,bien avant mon harcèlement, quelles préféraient dire que tout allait bien pour ne pas avoir de problèmes avec la responsable alors, avec moi en ce moment, quand elles me croisent elles baissent la tête,elles s’éloignent. tant pis, je ne leur en veux pas. Si le harcèlement marche c’est à cause de ça et malheureusement je ne pense pas que ça va s’améliorer.
    C’est bizarre comme situation ; je suis dans le même temps rejetée et ignorée par la majorité des collègues et appréciée par des personnes qui me le disent pour me soutenir au travail et à l’extérieur mes voisins de palier commencent à discuter avec moi gentiment alors qu’avant c’était juste bonjour, bonsoir. Et ces moments sont arrivés en même temps. J’en suis assez déboussolée. D’un côté et de l’autre les situations sont extrêmes. D’habitude, dans les relations "normales", les gens n’osent pas se dévoiler et là au travail la méchanceté et la gentillesse me sont montrées et, à l’extérieur les gens (bien qu’avant aussi bien dans le transports que dans les magasin et dans la rue des gens inconnus me parlaient) discutent avec moi et là je sens que c’est plus profond. Ce n’est plus un simple bonjour mais des petites discussions et pourtant je me sens tellement mal, je ne pensais plus attirer les gens et "bon sang" ça fait tellement de bien.
    je n’avais pas de barrière et là j’ai l’impression que la porte est grande ouverte suite aux attaques alors tout arrive, le bien , le mal sans réserve, sans faux-semblants.
    C’est tellement injuste et en même temps je me dis que c’est normal,ce harcèlement ne peux exister que par l’injustice car ma responsable m’a dit qu’elle trouvait mon travail parfait alors pour me faire partir du service, il faut trouver les failles, c’est tout. Je le sais mais ça me ronge quand même . se faire muter pour laisser la place à d’autres de cette manière ça fait mal,recevoir une lettre qui touche seulement les sentiments à travers des récriminations fausses c’est très très frustrant, je n’ai pas trouver d’autre mot mais je ressens un sentiment beaucoup plus fort et moi qui ne supporte pas l’injustice c’est dur très dur. En ce moment, la responsable a demandé aux deux personnes de mon service d’aller travailler dans une autre pièce "en attendant que je parte", elles en sont ravies car la personne qui va me remplacer est "une de leur copine" et à présent je suis seule dans le bureau et bien que j’essaie de voir le côté positif, plus d’animosité, plus de coup bas, la visite sans restriction des gens qui me soutiennent et qui peuvent me parler sans être écouter et "répéter"je sais que si ma responsable a fait ça c’est qu’elle va me faire partir très bientôt que c’est une situation d’attente et c’est très très dur. Bien sûr pour tenir le coup il faudrait que je me dise que certaines personnes comme ma responsable ne peuvent pas dire les choses en face , d’ailleurs elle met sans arrêt dans ses phrase "c’est pour ton bien que je dis ça, je n’ai moi-même rien à te reprocher, pour ton bien- être il faudrait que tu demande à partir d’ici tu seras sûrement mieux ailleurs, c’est parce que je t’aime bien ,moi, mais les autres tu comprends ne te supportent pas et il faut que je fasse régner un calme et une sérénité dans mon service...etc, etc..."elle s’affirme bienveillante et quand elle me convoque, j’ai envie de vomir, c’est dingue pourtant, je me croyais forte et je vois que ce harcèlement depuis un an me "bouffe".
    je sais que tout ça ne vient pas de moi, je reste positive le soutien de certains et surtout de ma fille qui est maintenant adulte, me permet de ne pas sombrer dans le désespoir et me rassure dans mes relations, je ne veux pas me rabaisser,ça, elle ne le réussira pas mais malheureusement, je sais que je vais partir, je sais que la méchanceté va triompher et ça c’est tellement désolant, triste.
    Il faut que je me défende tout de même alors je fais appel à la chsct , le syndicat majoritaire malheureusement à mon travail est pour le "laisser faire" alors seule la chsct a bien voulu voir et écouter ma demande et comme je ne savais pas où j’en étais comme je me croyais "parano" le représentant a mis un mot dessus et a vu que c’était vrai et ça, ça m’aide car même si la fin sera la même que je partirais, pour moi, pour mon intégrité, ma fierté, je me bats. je veux rester une personne honnête et pas diminuée moralement et physiquement alors il faut que je tienne, que je me mette ça dans la tête, que je ne me laisse pas ronger par l’injustice et la rancoeur. je ne veux pas mettre de barrières tellement hautes pour me protéger qu’elles m’empêcheraient de respirer. Le travail que je fais me plaît mais je ne veux pas que ma vie soit cachée derrière ces barrières je dis bien cachée pas gâchée ça non elle ne sera pas gâchée ! même ces moments horribles ne peuvent m’empêcher de penser que la vie est belle. ça a faillit ces derniers temps disparaître mais je me force et je fais tout pour tenir ;
    Voilà, j’avais besoin de témoigner juste pour pouvoir respirer un peu ; peut-être que vous ne me lirez pas ou pas entièrement mais je voulais témoigner.
    A bientôt à tout ceux qui sont dans mon cas et même aux autres qui comprennent et bon courage.

    Répondre à ce message

    • > Harceler son harceleur Le 26 octobre 2006 à 19:23, par ninja

      Après une mise au placard d’une année, un isolement total, une dépression, des envies de me suicider avec ma fille handicapée, des moments atroces à ne plus me reconnaitre ni savoir qui j’étais, à attendre une fin qui n’arrive pas, j’ai réagi et obtenu une mutation. Je quitte cet hôpital (département 59) dans un mois. Autour de moi, seules trois personnes réagissent aux abus de pouvoir de la direction. Nous nous sommes alors ligués pour dénoncer toutes les irrégularités comptables, les risques pour la prise en charge des patients, les manquements au code du travail et au statuts hospitaliers, et pris en exemple mon cas pour illustrer le harcèlement. Nous songeons à alerter la presse. Depuis un mois, les autorités sanitaires, le conseil de l’ordre, la cour des comptes, etc. ont reçu un rapport précis. Des inspections ont commencé, mais rien ne bouge vraiment en apparence. Je suis directrice adjointe (!) et personne ne m’a contactée ! Notre harceleur continue ses exactions, encourage la délation, un grand malade ! Mais nous espérons que la fin est proche pour lui, car l’hôpital est désorganisé et beaucoup d’agents sont à bout, soumis, ou terrorisés. Comment faire pour que ça aille plus vite ? Pour ma part, je vais le poursuivre au Tribunal administratif. Il m’a privée de mon PC depuis un mois(et de tous mes fichiers !!!) ; j’ai averti la CNIL et je demande des sanctions.
      Vos situations me touchent, je ne savais pas que ces comportements étaient aussi répandus. Il nous faut les combattre et, oui, harceler notre harceleur !
      Et briser la loi du silence.
      Courage à tous.

      Répondre à ce message

  • Harceler son harceleur Le 4 avril 2013 à 09:49, par Greenfairy

    Bonjour,

    Je suis arrivée dans mon entreprise il y a maintenant 4 ans, j’étais très jeune et j’ai été formée par la personne qui est également ma harceleuse.
    Dès le début, elle a profité de son rôle de formatrice, m’a fait croire qu’elle était ma supérieure hiérarchique pour mieux me dominer. J’ai passé deux ans en cdd en pensant qu’elle était ma chef de service, ce n’est qu’en signant par la suite mon cdi qu’on m’a rappelé qu’elle était simplement ma collègue, mais que, comme nous étions seules dans le service, ils lui avaient demandé de me former. Le souci, c’est qu’en deux ans, elle a carrément pris le dessus sur moi.. Me faisant aller 5 ou 6 fois à la banque, à la poste par jour, me faisant faire que le sale travail, me laissant aller au siège social de la boîte (qui n’est pas à coté) récupérer des cartons de feuilles ou autre colis très lourds, seule, me faisant des réflections sans cesse, dérangeant mon bureau, guettant mes moindres faits et gestes, lisant mes mails, me faisant passer pour une incompétente devant les clients ou les collègues, se moquant ouvertement de moi...j’en passe et des meilleurs. Elle a cerné de suite mon caractère timide, gêné et elle a su s’en servir pour me maîtriser. La dernière chose que j’ai subi de sa part ? en rentrant de congés, elle m’a cassé deux tiroirs de mon meuble sous bureau, et à tout laissé en plan, stylos, dossiers par terre, lorsque je suis rentrée. Une forme de violence à mon sens.. J’aimerais vraiment lui dire ses quatre vérités, l’ennui c’est qu’elle a tellement le dessus sur moi, et j’ai tellement peu de répartie que j’ai peur de ce qui m’attend.. Je ne sais comment m’y prendre pour qu’enfin, je puisse venir travailler en paix. C’est un travail du secteur social, ce n’est déjà pas simple tous les jours, mais avec une collègue pareille sur le dos, c’est encore pire.... Je ne supporte plus d’avoir une boule au ventre tous les dimanches soirs..

    Répondre à ce message

  • Harceler son harceleur Le 27 septembre 2013 à 18:23, par Anne o’nyme

    Je suis fraichement nommée et mon collègue, qui a un an d’ancienneté, me rabâche toute la journée que je suis nulle, me balance des dossiers, je commence a saturer. Cette personne reproduit ce qu’elle a vécu pendant des années dans ces anciennes fonctions.

    Étant quelqu’un de fort caractère, je me "laisse pas faire" mais je rentre chaque soir "a ramasser à la petite cuillère".

    Le gros problème, c’’est que cette personne est TRAVAILLEUR HANDICAPE = INTOUCHABLE !! J’ai appris que deux personnes ont été sur ce poste l’année précédente, toutes deux ont démissionné, c’est dire...

    J’en ai déjà parlé à ma responsable, qui me répond, reste zen...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article