Accueil > Psychologie(s) > Les techniques de harcèlement

Les techniques de harcèlement

La maltraitance dans les relations de travail

lundi 28 octobre 2002, par Patrick

Extrait d’un article intitulé « La maltraitance dans les relations de travail » paru le 6 octobre 2001 dans Le Concours médical, une revue de formation continue lue par les médecins généralistes.

Co-auteurs : Marie Grenier-Pezé, Marie-Christine Soula, Paul Bouaziz, Martine Imbeaux, Catherine Roche, Nicolas Sandret, Sylvie Rondet.

« Le suivi d’une centaine de patients a permis de répertorier les mécanismes utilisés pour harceler.

Les techniques relationnelles

Elles assoient la relation de pouvoir : il s’agit de tutoyer sans réciprocité, de couper la parole, d’utiliser un niveau verbal élevé et menaçant, de faire disparaître les savoir-faire sociaux (ni bonjour, ni au revoir, ni merci), de critiquer systématiquement le travail ou le physique du salarié, d’utiliser des injures publiques, sexistes, racistes, de cesser toute communication verbale (Post-it, notes de service), de siffler le salarié, de le regarder avec mépris, de le bousculer, le frapper.

Les techniques d’isolement

Elles visent la séparation du sujet de son collectif de travail par des changements d’horaires, l’omission d’information sur les réunions, l’injonction faite aux autres salariés de ne plus communiquer avec la personne désignée.

Les techniques de persécution

Elles passent par la surveillance des faits et gestes : contrôle des communications téléphoniques par amplificateur ou écoute, vérification des tiroirs, casiers, poubelles, sacs à main du salarié, contrôle de la durée des pauses, des absences, contrôle des conversations et des relations avec les collègues, obligation de laisser la porte du bureau ouverte « pour que je vous voie » ; enregistrement, notations sur un cahier.

Les techniques d’attaque du geste de travail

Elles visent la perte du sens du travail.

- Les injonctions paradoxales. Faire refaire une tâche déjà faite, faire travailler une secrétaire par terre, corriger des fautes inexistantes, définir une procédure d’exécution de la tâche et, une fois qu’elle est exécutée, contester la procédure, déchirer un rapport qui vient d’être tapé car devenu inutile, exiger de coller les timbres à 4 mm du bord de l’enveloppe en s’aidant d’une règle, donner des consignes confuses et contradictoires qui rendent le travail infaisable et qui poussent à la faute, faire venir le salarié et ne pas lui donner de travail.

- La mise en scène de la disparition. Supprimer des tâches définies dans le contrat de travail ou le poste de travail, et notamment des tâches de responsabilité, pour les confier à un autre sans avertir le salarié, le priver de bureau, de téléphone, d’ordinateur, vider les armoires du bureau.

- La reddition émotionnelle par hyperactivité. Fixer des objectifs irréalistes et irréalisables entretenant une situation d’échec, un épuisement professionnel et des critiques systématiques, déposer les dossiers urgents cinq minutes avant le départ du salarié.

Les techniques punitives

Elles mettent le salarié en situation de justification constante : notes de service systématiques (jusqu’à plusieurs par jour), utilisation de lettre recommandée avec accusé de réception, avertissements pour fautes montées de toutes pièces, heures supplémentaires non payées, indemnités d’arrêt maladie non payées, vacances non accordées au dernier moment.

Ces mécanismes sont de véritables techniques altérant le rapport du sujet au réel du travail et dont le but ultime est la désaffiliation du collectif de travail. L’analyse des décisions de justice sanctionnant la maltraitance recoupe et confirme la typologie répertoriée dans notre série clinique. Le juriste rattache les techniques à la violation d’une règle de droit :

- Le détournement du lien de subordination : incivilité à caractère vexatoire, refus de dialoguer, remarques insidieuses ou injurieuses, mots qui blessent, dénigrement et volonté de ridiculiser, moqueries ;

- Le détournement des règles disciplinaires : sanctions injustifiées fondées sur des faits inexistants ou véniels ;

- Le détournement du pouvoir de direction : ne pas donner de travail, donner des objectifs irréalisables, donner du travail inutile, isoler ;

- Le détournement du pouvoir d’organisation : modifier arbitrairement les conditions de travail ou les conditions essentielles du contrat. »

Marie Grenier-Pezé, Marie-Christine Soula, Paul Bouaziz, Martine Imbeaux, Catherine Roche, Nicolas Sandret, Sylvie Rondet

CASH Nanterre/Hôpital Raymond Poincaré, Garches/CIEAMT Versailles/SOMIE Paris/CHU Créteil/DRTEFP Ile-de-France

P.-S.

Copyright © Le Concours médical.

91 Messages

  • > Les techniques de harcèlement Le 2 décembre 2002 à 16:36, par Elodie

    Je cherchais, au hasard, un texte me confirmant ma situation et je crois l’avoir enfin trouvé. Quel soulagement, je ne me faisais pas des idées. Merci pour ce site si... réconfortant. Je me sens moins seule. Merci encore

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 3 décembre 2002 à 18:59, par Michel

      C’est nous qui vous remercions, Élodie ; car vous nous confirmez que le site opère comme nous le souhaitions, auprès de vous.

      Amicalement

      Répondre à ce message

      • > Les techniques de harcèlement Le 5 décembre 2002 à 22:17, par Genviève

        L’agressivité et la violence sont omnipresentes dans notre société.Inconsciemment on s’y habitue peu à peu et on ne réagit plus sauf dans les cas extremes quand celà provoque un électrochoc.
        L’anormalité est acceptée et la normalité devient une exception.
        Chacun à son niveau peut faire changer les choses:il faut juste mettre un nom sur des faits et savoir comment proceder.
        Merci pour vos informations.
        Geneviève.

        Répondre à ce message

        • > Les techniques de harcèlement Le 6 décembre 2002 à 20:08, par Michel

          Merci Geneviève,

          Entièrement d’accord avec vos réflexions.

          Répondre à ce message

          • > Les techniques de harcèlement Le 21 décembre 2002 à 22:05

            Je découvre trop tard votre site. J’ai commencé une réponse à la lettre de michèle (dix années de harcèlement). Merci d’aller regarder.A 55 ans, je vais peut-être paraître naïf, mais puis-je encore y faire quelque chose ? Je suis vraiment désespéré, surtout pour le petit bonhomme. Amicalement.

            Répondre à ce message

            • > Les techniques de harcèlement Le 22 décembre 2002 à 17:43, par Michel

              Bonjour,

              J’ai bien lu votre message, mais je n’ai pas bien compris l’histoire ?

              Répondre à ce message

              • > Les techniques de harcèlement Le 23 décembre 2002 à 11:20

                Désolé d’avoir été si peu précis.
                J’ai découvert votre site(il y a deux jours) en recherchant des informations sur le mot "harcèlement". Je vais donc prendre le temps de rédiger un témoignage plus précis. En attendant, bravo pour ce site, il me permettra peut-être de "vider mon coeur et mon sac". A bientôt.

                Répondre à ce message

                • > Les techniques de harcèlement Le 5 septembre 2005 à 15:52

                  bonjour a tous moi je pense que mon patron me fait du harcélment moral il me fait fair des heures suplémentaire et sans me les faire récupérer il n arréte pas de me dire que je suis lente il ne fait que de me critiquer j en ai parler a mer parent mais je préfére en étre sur avan de l accuser j aimerai avoir une réponce si c possible sa fait 1 ans et 2 mois que je travaill pour lui bisous stéf

                  Répondre à ce message

      • > Les techniques de harcèlement Le 21 février 2003 à 21:14, par amelie

        bonjour a vous tous,
        je comfirme ce qu’Elodie vous disait, car a moi aussi il me remonte un peu le moral, je sais a present que je ne suis pas la seule dans ce cas.

        Mais je ne sais toujours pas ce que je dois faire...

        Mon employeur m’a menacée de licenciement, du moins il me l’a fait sous entendre, il aurait entendu dire,soi disant par certains de mes collegues que j’aurais denigré l’enseigne pour laquelle je travaille.

        Durant l’ entretien non officiel le
        directeur m’a tenu des propos plus que blessants, allant meme jusqu’à me comparer, je cite :"...lorsqu’il y a une brebie galleuse, ca ne va plus."

        Il m’a meme dit que seule contre les autres je tiendrai pas longtemps !
        Je ne sais pas quoi faire,et a qui faire confiance, autant dire que je suis completement perdue...

        Répondre à ce message

        • > Les techniques de harcèlement Le 21 février 2003 à 21:26, par Michel

          Bonjour Amélie,

          Ne restez pas isolée : cherchez des alliés parmi vos collègues, votre entourage. Contactez l’inspection du travail par lettre recommandée si les attaques se précisent.

          Conservez précieusement tout ce qui évoque du harcèlement. Essayez même d’enregistrer des propos offensants ; tant que l’enregistrement ne fait pas apparaître la vie privée de votre interlocuteur, c’est légal.

          N’hésitez pas à rester en contact avec nous, car la règle de base est : ne restez pas isolée.

          Cordialement,

          Répondre à ce message

          • > Les techniques de harcèlement Le 21 février 2003 à 22:36, par amelie

            merci pour votre soutien

            c’ est la premiere fois que je me trouve dans une telle situation et c’ est tres destabillisant.

            Le probleme est que les allies sont tres durs a trouver au sein du magasin.Et c’ est d’ ailleur sur cela que le directeur se base pour me faire craquer...

            La seule personne qui me soutien sur le lieu de travail est une de mes plus proche amie et il le sais bien.

            Je pense que ce qui le derange en fait, c’est que ces 4 derniers mois j’ ai eu 3 arrets maladie ou accident de travail, mais ca il ne l’ avoueras jamais, deplus le magasin a eu cette annee une restriction budgetaire.

            J’ ai conscience que cela peut jouer contre moi, mais je ne suis pas la derniere arrivee.

            J’ ai vraiment peur qu’ il me licencie...A t’il des raisons justifiees pour le faire ?

            En cas de licenciement quels sont mes recours ?

            merci d’ avance

            Répondre à ce message

        • > Les techniques de harcèlement Le 17 mai 2004 à 22:45, par nadine claus-michon

          J’ai lu ton appel. Je pense compte tenu de tous les témoignages dont j’ai pris connaissance qu’il faut
          surtout que nous tenions bon.

          Juqu’à présent j’étais dans l’incertitude, maintenant fonctionnaire territoriale, je crois que je vais porter à la connaissance les faits de harcélement moral dont je suis victime. Faut-il peut-être faire des exemples pour que nos collègues n’aient plus le problème que nous rencontrons !

          D’autres avant nous se sont lancés dansle droit de grève,le droit à congés payés, le droit de vote pour les femmes, pourquoi ne nous lancerions nous pas pour le droit au travail dans des conditions respectueuses et décentes.

          Nadine

          Répondre à ce message

      • > Les techniques de harcèlement Le 6 septembre 2004 à 09:26

        Merci à ce site. Je sais que je ne suis pas seule dans ce cas et j’ai déjà commencé à trouver des réponses à mes problèmes. Merci encore et bonne continuation.
        Hélène

        Répondre à ce message

        • > Les techniques de harcèlement Le 2 avril à 11:22, par mormamoro

          Bonjour, je suis reconnue travailleur handicapé et j’ai des restrictions à mon poste de travail.
          Il y a environ 5 mois j’ai refusé un poste ou voulait me mettre mon directeur car je ne pouvais l’accepter beaucoup moins intéressant que celui que j’ai actuellement et non compatible avec mes restrictions. Mon directeur m’a répondu et bien quand il y aura des licenciements tu seras sur la liste et si tu n’as plus de travail à ton poste on te mettra une table et une chaise et voilà.
          Il y a une semaine je me suis fait mal en soulevant un appareil en fer dont je dois me servir avec des mouvements répétés j’en ai informé ma DRH qui passait par là elle m’a dit mais enfin ce n’est pas lourd vous rigolé ou quoi elle m’a ensuite dit vous pouvez rentrer toute seule alors allez y mon mari a dû m’amener au urgence le médecin urgentiste a déclaré un accident de travail comme je ne pouvais pas conduire mon mari a amené l’arrêt mais ACCIDENT DU TRAVAIL ne lui a pas plus elle n’a dit n’y bonjour n’y aurevoir à mon mari mais simplement je vais m’occupé personnellement de son cas mon mari est revenu sur ses pas et lui a répondu attention à ce que vous dite Mme aurevoir. Je suis dépressive donc tout ces faits es ce que c’est moi qui les emplifi vu mon état ou es du harcelment moral.Merci

          Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 15 janvier 2003 à 12:22, par GUY RAU

      Tournai (Belgique), le 15 janvier 2003

      COURRIER HARCEL150103

      Messieurs,

      Pourriez vous me citer, voire mieux, me recommander une association belge contre « le harcèlement sur le lieu de travail » qui pourrait me soutenir dans une action juridique « à posteriori » que je compte entamer à l’égard de harceleurs.

      Je dis « à posteriori », en ce sens que suis sorti apparemment indemne de la spirale infernale mais au prix de la perte de mon emploi (à 55 ans) et des avantages accumulés en plus de trente années de carrière professionnelle sans faute.

      Si je pouvais obtenir un tel soutien, je serais naturellement volontiers disposé en contrepartie à contribuer activement à cette association dans sa gestion de cas similaire.

      L’action juridique me semble importante pour la dénonciation publique de telles perversions et de leurs auteurs, ainsi que pour ma « réhabilitation » personnelle. Je ne compte pas, dans cette démarche envisager la course à l’indemnité.

      S’il n’existait pas, à votre connaissance, d’associations belges en mesure d’apporter un soutien à ce projet, une association française pourrait-elle l’envisager malgré le handicap supposé de la législation ?

      Merci de bien vouloir me faire part de vos commentaires.

      GUY RAU,
      E-MAIL : [email protected]

      Répondre à ce message

      • Harcèlement en Belgique Le 15 janvier 2003 à 20:29, par Michel

        Bonjour Guy,

        Nous ne connaissons pas d’association belge de défense contre le harcèlement, même après avoir posé la question à un ami d’Outre-Quiévrain. Un visiteur serait-il mieux informé que nous ?

        Voici un site ouvert par un ami belge, dont je vous donnerai l’adresse électronique par courriel privé : harcelement.net. (Je viens de vérifier, il semble que le site ait été vidé ; désolé.)

        Peut-être une association française pourrait-elle vous apporter un support ? À notre connaissance, les deux associations les plus importantes par le nombre d’adhérent seraient Harcèlement moral stop puis Solidarité souffrance au travail. Notre site est indépendant de ces associations, donc nous ne pouvons pas répondre à leur place sur l’aide éventuelle qu’ils pourraient vous apporter.

        Par ailleurs, nous serions disposés à ouvrir une rubrique spécifiquement belge, notamment en ce qui concerne le droit belge, ses jurisprudences, etc. Les témoignages francophones en général, trouvent naturellement place dans la rubrique « Témoignages ».

        Il est probable que, pour l’instant, vous n’y connaissiez pas grand’chose, comme nous au début, mais si vous poursuivez votre action juridique, vous deviendrez rapidement orfèvre en la matière. Alors peut-être seriez-vous intéressé à partager vos trouvailles juridiques avec nos visiteurs belges ? Il y en a beaucoup. Vous pourriez nous proposer des articles de droit ou de jurisprudence, ou votre témoignage.

        Je me permets de supprimer votre adresse personnelle au bas du message. Il est prudent de ne pas laisser traîner des infos utilisables par de mauvais plaisants. Je la conserve.

        Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 22 janvier 2003 à 20:26, par anne

      et comment t’en sors tu maintenant elodie ?

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 14 avril 2003 à 20:01, par bichette

    bdr le 14.04.2003

    bravo et merci ++++

    votre article m’a aidé à préparer mon dossier

    j’ai repris confiance en moi pour m’engager dans la défense de mes droits

    bon courage à ceux qui luttent pour que justice leur soit rendue

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 14 mai 2003 à 23:45, par lau

    Bonjour

    Je travaille depuis plus de 13 ans maintenant dans un milieu réputé difficile : le bâtiment, plus précisément en bureau d’études, puis dernièrement dans un cabinet d’économiste comme assistante technique. Je suis donc habituée à une présence, une "assiduité" constante (travail journalier de plus de 12 heures y compris week-end et jours fériés, report systématique, puis annulation de congés), bref une situation qui me semblait normal pour "progresser". Mère célibataire depuis toujours d’un enfant, majeur maintenant (19 ans), je peux facilement parler de la pression que subissent les femmes élevant seules leur(s) enfant(s) au travail. Pression plus subie qu’acceptée d’ailleurs car dans ce genre de profession "il faut souffrir pour monter", et donc gagner plus (c’est souvent le cas). Dix ans de bureau d’études, une démission, de l’intérim, puis une proposition d’embauche plus qu’intéressante faite par un ancien collègue ayant "monté sa boite" ("Tu verras, on marche très bien, tu seras mon assistante, auras un statut d’associé, ta prime de précarité payée (-> rupture de contrat de mission d’intérim)..." bref, le rêve. C’était au mois d’octobre 2002. Puis, tout à dérapé. Confronté à des problèmes comptables sérieux, mon employeur m’a demandé de vérifié sa comptabilité et de lui présenté un "budget de trésorerie" (Je rappelle que je suis assistante technique et non comptable) Qu’à cela ne tienne. J’ai mis "un point d’honneur à sortir ce budget, me débattant comme un beau diable avec un livre de "comptabilité prévisionnelle et analytique". Je devais pour celà bénéficier d’une aide "complète" de sa comptable en place et aussi de son expert-comptable extérieure. Ne pouvant obtenir les fameux extraits du "grand livre" indispensables à cette réalisation, j’ai à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme. Bon gré, mal gré, j’ai pu obtenir de ces expertes (c’est à priori leur métier) quelques, je dis bien, quelques renseignements, le plus souvent communiqués, au mieux, la veille pour le lendement. Ceci a généré (c’est stupide me direz-vous) pas mal de nuits blanches, sans parler des week-ends. Depuis, j’ai donné ma démission, le 16 avril 2003, demandant de raccourcir mon préavis (fixé à trois mois, car je suis cadre) pour partir le 9 mai dernier. Mon employeur est prévenu, l’un de ses associés a bien réceptionné mon courrier (avec RAR), mais depuis il dort dans un tiroir. Toutes mes tentatives pour aborder ce sujet primordial (j’ai la chance d’avoir une place qui m’attend ailleurs, mais pour combien de temps encore !!!) se soldent imanquablement par... rien ! Mon employeur excelle dans l’art du défilement. Rendez-vous extérieurs, refus de discuter, harcèlement perpétuel sur mon budget, au demeurant jugé plus que correct par l’expert-comptable (eh oui ! dans ces cas là, il y a toujours quelqu’un pour vérifier le travail fait). Je suis au bout du rouleau. J’ai repris plusieurs fois (je ne les compte même plus) reprise ce fameux budget pour qu’il paraisse en adéquation avec les "chiffres à présenter aux banques". Au jour d’aujourd’hui, selon mon analyse, la liquidation judiciaire n’est pas loin. Mais même ça, ce n’est pas ce qui me pousse à partir. J’ai même commencé à y réfléchir à deux fois, pensant que je ne pouvais pas laisser cette société se saborder ainsi (on peut malheurement parler de détournement de fonds. A ce sujet, un audit est prévu depuis maintenant deux mois, mais sans cesse repoussé. Pour l’instant, les salaires sont encore versés, au mieux le 15 du mois suivant, mais pour combien de temps encore). Conscience professionnelle ou stupidité profonde, je me pose la question.
    Je sais que si je continue je vais dans le mur et que cette catastrophe est, qui plus est, annoncée. Je suis profondèment crevée. Je cherche une solution pour m’en sortir. J’ai donné ma démission le 16 avril 2003, je suis cadre, donc je dois un préavis de trois mois. Nous sommes le 14 mai 2003. Je ne veux plus travailler comme une furie pour subir des réflexions malhonnêtes (je ne parle volontairement pas de harcèlement). Mon sort semblait déjà joué pour quelques personnes avant mon arrivée dans cette société. Je me suis battue pour être acceptée, pour que mon travail soit reconnu. J’ai la responsabilité du suivi financier de deux gros chantiers, je suis, du mois j’essaie de suivre la comptabilité de la société, je prends le standard plus de 4 heures par jour (ce qui entre nous ne faisait absolument pas partie du deal du départ), je forme la seule secrétaire de la boite sur différents logiciels et en français. Et malgré tout celà, je rentre chez moi (très tard) en appréhendant de retourner là-bas le lendemain matin.
    J’ai consulté ma convention collective (SYNTEC), j’ai des scrupules (encore !) à appeler l’inspection du travail, mais il faut que je trouve une solution légale, voire une stratégie, car j’ai en face de moi un filou de première qui s’est entouré exclusivement de femmes et qui règne en parfait dictateur sur son harem. Mon monde de travail, le bâtiment, est finalement très petit et le régime de retraite ayant été revu à la hausse (!!), je vais devoir travailler encore très longtemps. Donc, un clash brutal est totalement impossible.
    Si quelqu’un a déjà été confronté à ce type de situation, si vous connaissez une voie "sereine", je vous remercie à l’avance pour les conseils que vous pourrez me prodiguer.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 16 décembre 2003 à 10:55, par mamounne

    Je travaille dans la fonction publique et je cherche a savoir si je suis harcelé.Je suis peut-être un peu trop consciencieuse pour m’occuper des personnes agées car cela prend du temps, et je me heurte à mes collègues.tout le monde et au courant de mon histoire,direction générale,syndicat,médecin . Personne ne bougent,cela fait des années que je suis dans cette situation car pour vivre heureux vivont soumis et je suis d’un tempérament qui vérifie avant de croire n’importe quoi.Je note tout ce qui se passe dans certaine journée ,j’ai envoyé un témoinage à l’mpection du travail ,et à la direction des ressources humaines des hopitaux de Paris,mais comme c’est l’administration,je n’ai jamais reçu de réponse.Je suis complètement isolée a t-elle point que la personnes qui travail avec moi pour la journée éviter de montrer qu’elle sentant trop bien avec moi.La personne qui fait mine d’apprécier mes méthode de travail subit des pressions pour rentrer dans le rang.Quelque fois je pense à aller en justice,je me dis que puisque mes collègues n’arrêtent pas de faire mon procés au moin je serai jugée une bonne fois pour toute.
    c’est moi la méchante qui veut faire du tord à mes collègues de travail.Je dois avouer que je passe quelquefois par des étapes de dépressions qui ne dure pas,et que lorsque j’en ai trop marre je quitte le service et il se débrouille sans moi,je me suis même pris un jour sans solde,et si cela continue il risque dans avoir d’autre,maintenant j’en suis au point au il faut que je me protège mais ce n’est pas la sécurité sociale qui doit payer.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 22 décembre 2003 à 23:17, par je vous le dirai plus tard

      ho !!!!! tu es une femme ou un homme ??? quel est ton travail au juste ???? pourquoi crois-tu que tu est harcelé(e) ???? tu as l’air très consciencieu(se), que te reproches -t-on dans l’exercice de tes fonctions ??? moi je lutte contre le harcèlement, j’aimerais bien t’aider, mais tu n’es pas "crédible" dans ce que tu nous laisse comme message heu plutot je pense que ton discours peut paraitre décousu... enfin si tu te sens mal va voir dans l’immédiat un médecin pour qu’il te prescrive un arret maladie, après tout tu as assez cotisé à la sécu sociale pour cela.. sache que beaucoup de gens harcelés finissent par avoir un discours "décousu" alors prend soin de ta santé et raconte nous la suite... et bonnes fetes à tous car nous sommes à la veille de Noel ....

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 31 août 2004 à 17:59, par je suis celle qui doute, mais qui veut se tenir debout

      Bonjour,
      Je suis dans une situation similaire, je suis également convaincue que la sécurité sociale ne doit en aucune maniére "payer" des arrêts maladie, parce nous n’en pouvons plus,
      Pourtant, la loi est ainsi faîte que l’aspect médical, dans une procédure pénale pour harcélement est important,
      Moi, aprés vingt six mois de lutte, j’ai décider de porter l’affaire devant les tribunaux,
      J’estime qu’il n’est pas logique que le coupable soit absout de toute responsabilité -
      ëtre différent n’est pas une tare... Pourquoi devrions-nous payer un tribu quelconque... Pourquoi donnerions-nous le droit à un être malfaisant et pathogéne de nous dicter ou de sélectionner ceux qui doivent travailler.

      En 1939, HITELER, voulait éliminer les êtres différents... Nous connaissons la suite... Aujourd’hui ce sont des individus qui sérigent en "être superieur" pour décider comment nous devons travailler.. Comment nous devons nous comporter... Comment nous devons parler... Comment nous devons nous habiller... Comment nous devons les Déifier... Nous voilà revenu au temps du IIIéme REICH..

      En tant "victime" - c’est la loi qui nous donne cette étiquette - en tant victime disais-je, nous ne pouvons laisser s’installer de telle pratiques.
      Le législateur a créer des lois... Alors utilisons-les... Même si cela coût de l’argent.. Même si cela demande de l’énergie... Même si nous savons que pendant la procédure nous serons malmener... Mais aprés tout ne vaut-il pas mieux se battre et se malmener pour que justice soit rendu, plutôt que de "rester" planquer dans notre coin, en gémissant... En ayant recours au arrêts maladie, en participant au déficit de la sécurité sociale - car creuser le "trou" de la sécurité sociale, c’est préparer un avenir incertain, à nos enfants -
      Renversons la vapeur, que la personne harcelée se léve et montre à la personne qui harcéle, que ce type de comportement faciste est puni par la loi.
      Une bonne claque au pénal, cela calme le plus virulent des harceleur et nous redonne notre dignité malmenée pendant des mois voire des années, pour certains......
      Bon courage......

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 3 septembre 2004 à 00:58, par Laetitia

      Bonjour,
      Je suis agée de 22 ans et je travailler en CDI dans une grande enseigne de magasin " bazar " .
      Depuis le changement de direction,j’ai été victime d’un trop plein de travail, sachant que je n’y arriverai pas dans les delais, mais également de beaucoup de reproche avec insulte, une mise a l’écart, des convocations tous les jours dans le bureau a m’en prendre pendant plus d’1 heure en pleine face.... Et pour finir je n’ai plus eu de travaille a faire tous ca parce que ma patronne es jalouse par rapport a son mari.
      Je me suis renseigner partout, pas grand monde pour m’aider : j’ai fini par partir, je voudrai pouvoir attaquer au tribunal, comment je peut faire sachant que m’on patron a tellement m’agouiller la derniere fiche de paye que je me retrouve sans rien ? Ai je droit a un avocat gratuit ?

      Répondre à ce message

  • Etant en arret maladie pour 3 jours, ma responsable, ne cesse de me téléphoner sur mon numero de portable personnel pour demander des informations sur tel ou tel dossier.

    J’éstime qu’une responsable de service, doit être à même de répondre au demande professionnelles, en l’absence de son employée, chose quelle est incapable de faire, certainement par manque de compétences. De plus ayant obtenu mon N° personnel par le biais d’une de mes collègues, cette responsable, a traité ma collègue de male honnête et de manquer de professionnalisme (hors je pense que c’est la responsable qui manque de professionnalisme de part ses propos et son manque de bon sens à mener à bien son service.

    De ce fait le stress reignant dans son service est à son maximum. Que faire ? Le personnel ne peut continuer à tolerer ses attitudes déplacées !!

    Avons nous des droits ? Si oui lesquels ?

    Merci de nous répondre car nous n’en pouvons plus !

    Vous en remerciant par avance.

    Répondre à ce message

    • Je subis excatement la meme chose que vous par mon responsable de service, il vient d’arriver il y a 9 mois et il veut tout changer dans mon travail au quotidien.Je vous conseille de faire appel à un service jurique car si tu es en arrêt de travail tu ne dois en aucun cas être disponible sur ta ligne professionnelle. Je vis les mêmes choses actuellement, en arrêt pour raison de santé et il me le fait payer.Faisons valoir nos droits.
      Bon courage et à ta dispo pour plus d’infos.

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 26 septembre 2004 à 18:37, par modwoman

    A lors actuel, de retour d’un arret maladie pour un debut de grossesse difficile(avec antécédents connus par l’employeur),je me retrouve dans la position ou l’on me fait comprendre que mon retour n’était pas prevu avant la fin de congé maternité !
    Mon superieur a donc jugé utile de prévoir quelqu’un pour me remplacer a 2 mois 1/2 de grossesse.
    j’ai un poste a responsabilités,je dirige une équipe de 8 personnes,et prochainement je vais avoir une personne a poste équivalent avec moi pour diriger cette équipe.
    Dans un premier temps,lorsque j’ai annoncé a mon superieur que je reprenais mon travail après 10 jours d’arret,j’ai recu un appel sur mon portable m’informant qu’il avait pris des dispositions afin de me remplacer pendant 9 mois !De plus, mon poste a été promis a cette dernière(dixit mon superieur)et il lui est donc difficile de revenir en arrière.
    A mon retour effectif,un entretien s’est tenu entre lui et moi ;
    voici ce qui m’a été dit :"Vous ne pourrez plus accomplir de taches physiques aux vues de votre état,il serait mieux pour votre bb et pour l’entreprise que vous vous arretiez pendant toute votre grossesse".
    Voyant ma détermination a ne pas faire d’arret maladie de"complaisance",on m’explique qu’une personne de mon statut m’accompagnera afin de pallier un eventuel arret futur et que je devrais m’effacer afin qu’elle prenne ma place.
    Je ne cite pas tous ce qui m’a été dit ou conseiller,la liste en serait trop longue !
    Attention, femmes enceintes= incompétence et risque de disfonctionnement !
    Pour une entreprise essentiellement féminine, quelle HONTE !

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 6 octobre 2004 à 19:52, par ORTOLI

    Bonjour ,

    Je suis secrétaire de mairie, et je suis en arrêt maladie depuis 5 mois pour dépression suite au harcèlement que le maire m’inflige.

    Ce maire et les adjoints ont d’ailleurs recruté des gens de leur famille etc... ( actes nombreux de prise illégale d’intérêt que j’ai dénoncé à la CRC et au centre de gestion.

    J’ai exercé d’autre part mon droit de retrait des situations dangereuses qui m’est reconnu par le statut.

    Le maire à convoqué le conseil de discipline pour me révoquer ( alors que j’ai 4 ans d’état de services avec très bonne notes dans une autre commune).

    Ce malfrat , maire : veut me révoquer pour des fautes inexistantes. Il a le comportement décrit dans votre article.J’ai un bon avocat, mais bon... je suis très mal.

    Merci pour ce que vous faites.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 10 novembre 2004 à 18:52

      bonsoir,
      mon mari et moi connaissons la meme situation puisque nous travaillons tous deux pour la meme ville.
      mon époux est en dépression depuis plusieurs mois, et moi de temps en temps mais c’est dur.
      après avoir occupé des postes relativement bien placés, nous sommes relégués lui à 1 poste de concierge et moi à l’accueil avec des horaires qui dépassent largement la fermeture de la mairie...
      bref on ne se laisse pas faire : on va attaquer (on prépare le dossier avec l’avocat), de toute façon il faut que ça cesse.
      bon courage à vous,

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 5 février 2005 à 09:57, par Hatie

      Comme toi je travaille dans une mairie et suis victime de harcellement par un nouveau chef de service arrivé depus un an.je suis en arrêt depuis 15 jours et ne sais pas dutout qu’elles démarches entreprendre pour m’en sortir.
      Cela à commencer par des ragots infondés, qui m’ont mis plusieurs collègues à dos. Je ne sais pas de quelle façon il a procédé pour les convaincre, car depuis 5 ans j’avais d’excellents rapports avec elles, et aucune raison de les dénigrer.Après m’avoir bien isolée, il a commencer à critiquer mon travail, à me cacher des informations pour me mettre en tort vis vis à vis de la DGS et du Maire.
      Il me parle de façon injurieuse et lorsque j’essaie de discuter pour dissiper des malentendus c’est pire.Il est de plus très violent et j’en ai peur.Tout se passe toujours sans témoins, hormis une collègue qui marche entièrement dans son jeu, voire envenime les choses, en lui faisant part de mes erreurs.
      Je ne peux pas tout expliquer en si peu de mots, mais j’aimerais sutout connaître le rôle du CDG dans une telle situation. Merci de me répondre, je suis à bout.
      Et bon courage à toi aussi.

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 3 mai 2005 à 18:43, par [email protected]

      j’étais employée dans le nettoyage, et mon patron voulait se débarrasser d’une collègue qui n’avait pas de voiture.donc il exigeait que je lui ffasse un faux témoignages par écrit pour lui contre ma collègue.chose que j’ai refusé et il licencié pour cause réelle et sérieuse en refaisant des faux témoignages par d’autres collègues dont il avit promis mes heures et mes chantiers.ILa meme écrit des lettres pour une car elle ne sait pas bien lire.JE suis au prud’homme actuellement .IL AVAIT FAIT LA MEME CHOSE AVEC DES anciens emplyés.DOIS6JE PORTER PLAINTE contre elles ? ET AUSSI JE VOUDRAIS RETROUVER les anciennes employées qui ont subient la meme chose .ou faut-il s’adresser pour avoir leur noms ?j’ai fait une grosse dépression et je vois un spy qui ne m’apporte rien. SVP AIDER MOI. MERCIMOMIC

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 29 octobre 2004 à 23:10, par joséphine

    Bonjour,

    Une bonne partie des techniques de harcèlement dont vous faites état me sont arrivées depuis cette année :
    Je suis embauchée dans une petite équipe de 12 personnes depuis maintemant 11 ans. Le dernier AUDIT qui a eu lieu il y a un an, a pour cette fois-ci pris la peine d’avoir un entretien auprès de tout le personnel cadre et non cadre dont je suis.
    On peut penser que j’ai eue la chance de poursuivre ma carrière dans la société puisque je suis maintenue dans un poste similaire au précédent.
    Là où la situation se complique, dans ce cas figure, je n’avais pas la possibilité selon la convention collective de négocier mon nouveau job qui est appelé un repositionnement, je suis passée de secrétaire commerciale à un poste de secrétaire polyvalente qui ne figure pas sur ma paye...
    De plus en plus noueux, la nouvelle organisation de notre équipe a redéfini ses objectifs.
    Mais à mon niveau, je n’ai jamais eu aucun entretien me définissant l’ensemble de mes nouvelles tâches. J’essaie de pallier à tout, de m’organiser au mieux.
    Mais voilà mon nouveau responsable m’oblige à mener un rythme accéléré dans le travail. Tout simplement il a un emploi du temps
    très minuté et je dirais déroutant selon mon entourage. Je fais des heures supplémentaires pour pouvoir tout faire dans les temps, et il me reproche de m’être mal organisée.
    Si j’ai réalisé un travail avec soin
    il me soutient juste au moment de la signature que c’était pour la veille alors que je n’en étais pas prévenue.
    Lorsque je n’ai pas pris une initiative que je n’avais jamais eu le droit de prendre aupparavant il ne l’admet pas, et il me culpabilise et me fait des reproches d’avoir la tête ailleurs sur un ton colèreux puisque monsieur est très pressé donc facilement énervé.
    L’ensemble de ces reproches n’ont pas toujours été justifié et sont souvent d’une total injustice surtout lorsqu’il s’agit de porter la responsabilité des erreurs qui ont été comises par X personnes qui ont été licenciées lors de notre réorganisation.
    A force de tendre le dos je suis sur les nerfs le climat est tendu je n’ai plus le sourire moi que l’on a placé à l’accueil pour la première fois et il a l’audace de s’en étonner et de me le reprocher !!!
    Bref je suis en train de me rendre malade avec arrêt de maladie pour la première fois de ma carrière bien que je sois une bosseuse...
    Je sais également que je fais parti du personnel qui a été embauché sans aucun piston et suis peut-être la seule, puisque je sais bien depuis 11 ans qui a été embauché par qui.
    Que dois-je faire pour ne pas perdre mon emploi surtout si il y a peut-être une autre personne en vue pour mettre à ma place ?
    Quel procédure dois-je suivre en premier ? Je suis célibataire sans enfant et pour l’audit évidemment
    on ne pouvait me licencier n’ayant encore comise de faute professionnelle grave. Mais à ce rythme tout est possible.

    Merci de votre aide...

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 6 décembre 2004 à 18:36, par aurélie

    en lisant cet article j’ai pu observer que j’étais bien victime de harcelement moral seulement je n’ai pas de preuves car mes collègues de travail auraient trop peur pour leur travail si elles prenaient ma défense j’ai 23 ans et je suis en arrêt de travail depuis 3 semaines et je suis désespéré mais merci pour cette article qui me permet de réaliser que je suis victime et non coupable.Aurélie.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 7 février 2005 à 03:05

      Aurélie, ne baisse pas les bras et surtout garde courage et garde confiance en ton médecin, ce sont eux qui sont notre "fil" les autres ne pensent qu’à nous faire tomber, alors ne leur donnent pas cette joie et protège ta santé. courage

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 16:28, par athena

      Aurélie,
      regarde les réponses que j’ai faites précédemment et je pense que tu pourras puiser quelques éléments utiles notament le fait de tout noter et quelques bases juridiques.
      courage !

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 21 juillet 2005 à 17:17, par sylvie

      Bonjour Aurélie,
      J’ai 26 ans et je subis du harcèlement moral et sexuel sepuis plus d’un an. Travaillant dans une association, j’en ai informé mon président. Il n’a pas pris de sanctions vis à vis des 3 personnes en question. Une de mes collègues a négocié son licenciement pour harcèlement avec 6 mois de salaires de dommages autrement elle les mettait au prud’homme. Ils ont accepté. Mais bon moi, je suis encore dans l’association et je vois toujours ces 3 personnes. C’est très dur.
      De toute façon ce type de personnes te fais culpabiliser. Ma collègue a mis plus un an et demi avant de se rendre compte qu’elle était victime. Elle en a subi à un degré supérieur par rapport à moi.
      Vos articles sont intéressants et me font prendre conscience qui faut se battre...
      Aurélie nécessite pas à me contacter sur mon adresse perso

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 2 février 2005 à 11:22

    bonjour,

    tout ce que je viens de lire sur votre site éclaire de multiple situations de harcèlement que mes collègues et moi affrontons chaque jour.

    Nous travaillons dans un établissement social recevant des mineurs en difficultés.
    Depuis l’arrivée de notre nouveau directeur il y a 4 ans les instances représentatives du personnel n’existent plus.

    Les conséquences des injonctions paradoxales se font aujourd’hui ressentir dans la prise en charge des enfants dont nous avons la mesure de protection.

    La communication n’existe plus. Le directeur n’assiste plus à aucune de nos réunions. Aucune décision n’est prise sans lui. Il modifie le contenu et le sens de nos rapports. Il surcharge le chef de service de travail et le mets face une impossibilité de réaliser l’ensemble des tâches demandées, chaque rapport se déshumanise un peu chaque jour et s’assoie sur une relation de pouvoir. Le travail est très souvent critiqué et le discours très culpabilisant sur fond budgétaire.
    J’ai été moi-même évincé d’une réunion à laquelle mon équipe était conviée pour parler de moi et “régler le problème” on m’a demandé de me taire. Etc….. il y a long à dire
    Cet homme est protégé par l’association gestionnaire ( tout au moins par la présidente qu’il a su rallier à sa cause) là encore c’est une instance ou l’information est partiellement distribué ce qui conduit l’ensemble des administrateurs vers une pensée unique.
    Je prépare ma sortie, je me reconvertis professionnellent mais il me reste encore un an avant une nouvelle vie.
    Je souhaiterais avoir des conseils pour intervenir, comment faire-part des agissements de notre directeur dans le but unique de protéger avant tout les enfants en souffrance qui n’ont pas besoin de maltraitance supplémentaire et pour que mes collègues qui n’ont pas d’échappatoire puisse retrouver une sérénité professionnelle.
    Enfin après enquête il s’avère qu’avant de parvenir dans notre établissement ce M. a été licencié pour des faits similaires.
    “lorsque nous ne connaissons pas l’histoire on court le risque qu’elle se reproduise”.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 2 février 2005 à 18:25, par emi

    bonjour a tous,
    moi je ne sais plus ce que je dois faire ni penser... je suis encore etudiante... et il y a un an et demi, j’adorais une prof, je lui ai demander son adresse et elle me la donner. je lui ai ecris beaucoup de lettre, elle ne m’a jamais repondu, j’ai alors commencer a m’enerver et je lui en ai envoyer de plus en plus... un jour alors que l’on faisai un voyage avec l’ecole, nous etions a la gare et personne ne venai me chercher, c’est alors que cette prof ma preter bien gentillement son gsm pour telephoner... moi qu’est ce que j’ai fait, j’ai repris le numero et lui ai envoyer un sms... jusqu’au jour ou ma cousine lui a evoyer a son tour un sms, mais rien de mal, elle m’a telephoner en disant que si je continuais, elle porterais pleinte... je lui ai foutu la paix depuis.

    mais entre temps, j’avis eu l’adresse d’une autre prof, j l’ai rajouter dans mes contac MSN... nous avons beaucoup parler sans qu’elle ne sache ki j’etai... un jour je lui ai dis mon nom et qui j’etai... elle a accepter que je continue a la tutoyer... quelque mois plus tard, alors que j’etai en vacance, c’est ma meilleeure amie qui a ete sur ma cession elle a parler avec ma prof, cette derniere lui a demander mon numero... a mon retour je lui ai demander si c’etai vrai et elle ma repondu que oui mais qu’elle n’avai pas eu le temps de m’envoyer un sms. je lui ai donc demander son numer a elle, ce qui me semblai logique car elle avai le mien, et son adresse. a partir de la je n’ai plus eu beaucoup de nouvelle et je lui ai envoyer des sms, mais lle ne me repond jamais. on se disputai souvent. un jour alors que j’avai bien reflechi je lui envoi un sms en lui disant que je suprimai son numero de gsm et son adresse ( ce que j’ai reelement fait) elle ma demander ce qui avai et je lui ai repondu rien, que c’etai un coup de tete, elle ma alors traiter de gamine... deux jour plutard, en pleine nuit ( pas volontairement) je lui aenvo un sms pour qu’elle me pardonne... et nous nous sommes de nouveaux engueuler. a partir de la je n’ai plus eu de nouvelle (par sms). je lui envoi souvent des sms pour m’excuser et pour savoir si elle voulai bien me pardonner et me laiser une derniere chance mais elle ne veux pas. meme quand je vai la voir a l’ecole, elle ne veut plus me parler.c’est alors que, plus ou moins il ya une smaine, une autre prof que je ne connai po du tout ett que je n’ai jamai eu, commence a s’emballee sur moi, a chaque fois qu’elle me vois elle trouve un truc pour m’engueuler, me fusille du regard et parle sur mon dos avec d’autre prof en me motrant bien du doigt ! tout d’un coup depuis hier ca c’est calmer... et mon educateur ma demander mon numero de gsm.

    je commence vraiment a avoir peur car, je sens qu’elle ont toutes les trois (car elle se connaissent) porter plainte contre moi !!!

    je vous en supplie, aidez moi, je ne sais pas ce que je dois faire, qu’est ce qu’il va se passer si elle l’ont reelement fait, est ce que je vai devoir changer d’ecole ? j’ai vraiment peur car je n’ai jamais fait toute ces choses volontairement, j’ai toujours ete comme ca... expliquer moi tout svp.
    je vous remercie d’avance.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 10 février 2005 à 21:25, par A1ain Quilgard

    est-ce que "cacher" quelque part sur le bureau la feuille de paie et le chèque non signé (afin d’en retarder encore plus le paiement)constitue en plus du reste une forme de harcèlement, chaque mois c’est le même "jeu". A quelle date limite peut-il nous imposer son paiement de salaire ?
    Merci pour toutes vos indications je m’y suis retrouvé. Alain

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 14 février 2005 à 12:47, par agnes.v2

      Bonjour j’ai le même problème que vous et a ce jour personne pas même l’inspection du travail n’a répondue a ma demande de renseignements je suis perdu j’ai ma banque tous les jours au téléphone et je ne sais plus quoi faire
      merci de m’aider si vous le pouvez

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 16:19, par Athena

      consultez le code du travail ou posezla question à un juriste, peut être aurez-vous la réponse.

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 12 février 2005 à 14:29, par NATHALIE

    Je parle au nom d’une collègue de travail, victime de harcèlement moral de la part de sa chef. Après un congé parental de 15 mois, ma collègue est rentrée le 1er octobre 2004. Etle harcèlement a débuté. Avant le départ en congés parental, ma collègue avait un autre chef qui a été muté ailleurs et nous avons "hérité" de cette espèce de furie. Elle a commencé par dire à ma collègue que si elle ne lui disait pas tout (elle veut savoir s’il y a des cancans dans l’entreprise), elle la casserait (textuellement). Puis, un autre jour, elle lui a dit qu’elle en avait marre d’elle, de ses gamineries, de sa mauvaise humeur. Elle lui a dit aussi "tu n’as qu’à démissionner". Ma collègue a craqué. Elle est en arrêt maladie mais elle ne veut plus revenir travailler. Moi aussi,j’en ai marre de cette chef là (ce n’est pas ma chef mais bon !). Elle met une très mauvaise ambiance dans l’entreprise car elle cherche souvent des failles chez l’un ou l’autre pour le leur reprocher. Mais, elle bien sûr, elle dit ne jamais faire d’erreurs alors qu’en fait, elle ne fait rien du tout, que de harceler. Elle croit que c’est ainsi qu’il faut diriger !!! avant elle travaillait dans la même entreprise mais dans une autre ville. Nos collègues qui étaient ses anciens "employés" nous en ont souvent parlés. Ils n’étaient pas à l’aise. Un a même avoué que tous les soirs en rentrant, il pleurait. Nous en avons parlé au Directeur des Ressources Humaines qui a reconnu que c’était un défaut de cette femme-là (la harceleuse) mais qu’elle manage bien mis à part ce défaut !!!!
    Que faire pour aider ma collègue qui a trop peur pour porter plainte ou en parler aux délégués du personnel. Je pense vraiment que cette femme est une harceleuse. N’est-ce pas ? Mettre la pression pour que les gens craquent !

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 24 février 2005 à 14:00

      Bonjour,moi aussi je suis victime du harcèlement hiérarchique.En poste depuis 10ans dans la fonction publique.Tout allait bien jusqu’à ce qu’un type soit muté,en fait il s’était fait "viré" de là ou il était et comme il n’est plus opérationnel pour excercer sa profession sur le terrain, il a été placé ailleurs.De plus il est le neveu de l’adjoint de notre directeur,lequel adjoint durant la vacance de poste de directeur a embauché plusieurs personnes de sa famille ou de ses amis.Mon harcèlement dure depuis un an et demi,j’ai fait appel au syndicat (je suis d’ailleurs représentant syndical et du personnel)mais rien ne bouge encore.Ce petit chef s’est fait remettre à sa place (après que je soit allé le voir)par le directeur actuel qui préfère ne rien savoir de ce qui se passe dans a boite.Je note chaque jour ce qui se passe dans le bureau,c’estune méthode conseillé par le médecin du travail.J’ai des lettres de témoignages de collégues,mais malgré cela tout le monde à peur de l’adjoint...alors j’envisage d’aller "plus haut" rencontrer le député de ma région pour lui relater le harcèlement, les abus de bien sociaux se déroulant dans mon entreprise et le népostisme actuel.Si mon témoignage peut vous aider,ainsi que les méthodes de défenses employés j’en serais heureux.Dites à votre collègue de ne pas craquer,sa responsable serait trop heureuse,il faut un mental fort pour se battre mais personne ne doit subir les attaques de ce genre de pervers.

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 20 mars 2005 à 16:20, par freret

      je suis entrain de subbir le méme probléme avec un collégue
      bien souvent sous la voilence et tout les jour.
      j’ai ecrit une lettre à mon employeur .
      par contre j’ai peur de lui donner
      en main propre.
      par ce que je suis saisonnier.
      est la saison ce termine dans un moi.

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 16:15, par Athena

      il ne faut pas qu’elle se laisse faire !!! le harcèlement vous atteint physiquement et psychologiquement.
      il vous fait croire que vous êtes responsable et non victime, vous fait perdre votre confiance.

      Votre amie a deux solutions :
      - se laisser faire, rester chez elle, démissionner (aura-t-elle encore suffisament confiance en elle). Le doute restera, et quand elle réalisera pleinement de ce dont elle a été victime, elle se posera des questions : pourquoi j’ai rien vu, pourquoi j’ai mi autant de temps à réaliser. Ce qui est sûr, c’est qu’elle aura du mal à se reconstruire.
      - agir, proposez lui votre soutien, votre témoignage. Si elle va jusqu’en justice, c’est difficile, long, éprouvant et elle n’est pas assurée à 100% d’avoir gain de cause mais vaut-il mieux avoir la frustation de cet échec sachant qu’on est allé avec courage au bout de ses convictions ou la frustation de ne pas avoir réagi ?

      Au regard du droit social européen, voir la"charte sociale révisée" article 26 qui instaure un droit à la dignité au travail, votre DRH et votre employeur peuvent voir leur responsabilité engagée car ils doivent "prendre toutes les mesures appropriée pour protéger les travailleurs contre de tels comportements". Ce texte est entré en application en France le 1er juillet 1999.

      en droit pénal, les faits de harcèlement moral sont prévus et réprimés à l’article 22-33-2 du code pénal.

      elle a de la chance d’avoir votre soutien...

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 8 mars 2005 à 13:17, par viktoreddy

    bonjour
    je suis ravie d avoir trouver cet article car il correspond excactement a ma situation .
    aujourd’hui je suis allee me presenter a une autre place de negociatrice car mon patron fait tout pour que je demissionne mon contrat a des objectif impossible etant donner que tout le monde demissionne depuis aout j ai vu defiler plus d’une dizaine de negociateurs tous ont vecus le meme harcelement moi j ai un caractere tres souple mais la je ne tien plus .
    j aimerai savoir si il y a des solutions ,bien sure je n ai pas les moyens de payer un avocat.
    je serai soulagee si quelqu un pouvait me conseiller car je n ai pas l intention de le laisse continuer se harcelement morale.
    merci par avance

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 15:38, par athena

      plusieurs choses à faire :
      - notez tous les faits depuis le début avec les dates et si possibles des preuves(l’idéal étant d’avoir des témoins). Cette démarche est souvent longue mais essentielle.
      - parlez-en à votre médecin du travail ou à votre généraliste

      une fois tout vos éléments rédigés, consultez un avocat . Si vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez bénéficier sous certaines conditions (nationalité, ressources) de l’aide juridictionnelle totale ou partielle qui règlera vos frais d’avocat. Demander l’imprimé à celui-ci.

      si votre harcèlement vous pousse à démissionner, sachez que vous pouvez obtenir une réparation de ce préjudice. De nombreuses affaires ont été jugées en ce sens depuis quelques années.

      tenez bon !

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 29 mars 2005 à 23:10, par ded47

    bonsoir je suis aide soignant dans une maison de retraite publique en lot et garonne. depuis deux ans et demi je subis sans arrêt les foudres de ma directrice. Je retrouve dans cet article un maximum de points pouvant-être appliqués a mon cas mais aussi celui d’autre collegues.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 2 avril 2005 à 19:32

    aujourd hui mon chef de service me demande que tous les dossiers que je traite dans la journees lui soient remis le soir afin de voir si tout l administratif est bien execute suite a une affaire ou il ma considere responsable

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 15:20, par athena

      je connais hélas bien ce procédé, il vous fait croire que vous n’êtes pas compétente.Non seulement c’est dévalorisant, mais en plus, il vous fait bien sentir que vous êtes responsable de votre sort : n’oubliez pas, son attitude fait suite à une affaire engageant votre responsabilité. Interrogez-vous sur votre situation :
      - quel est son but(asseoir son autorité, obtenir votre démission...)
      - pourquoi (a-t-il objectivement des raisons de croire en votre responsabilité, est-ce que d’autres personnes sous son autorité ont eu un problème égal ou similaire)
      - peut-il y avoir une conciliation
      - est-ce un fait isolé ou subissez-vous des agissements répétés...
      Je pense que ces questions pourront vous donner un éclaircissement sur votre situation, ensuite à vous d’agir en conséquence !
      bon courage.

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 4 avril 2005 à 17:10, par gallou

    Bonjour,
    Le harcelement moral existe, on ne peut pas le nier... Cependant, que faire lorsque l’on est patron d’une pme et que un salarié fait tout pour être licencié en invoquant le H.M.?
    Il ne travaille plus mais il est impossible de mettre en place un moyen de contrôle (feuilles de présence, récap commerciaux...) qui seraient utiliser dans son sens au tribunal... Que faire dans ce cas ?
    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 22 août 2005 à 14:11

      bonjour Gallou,

      le refus de travailler correspond à une faute importante (grav ou lourde je ne sais plus) et c’est donc un motif de licenciement.
      vous pouvez lui demander qu’il vous fasse un compte rendu de son activité chaque semaine et qu’il vous montre ce qu’il a noté. ceci ne peut etre pris dans son sens au tribunal puisque mon patron le fait pour moi.tous les soirs je lui remets un document où je note toutes les taches que j’ai accompli dans la journee.
      les autres employés ne disent rien ?ils ne peuvent pas temoigner contre lui ?
      bon courage
      lola59790

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 12 avril 2005 à 20:38, par annie

    je suis victime de harcèlement professionnel depuis Septembre 2004. Aujourd’hui, en revenant de déjeuner, une jeune collègue utilisait mon poste de travail. Tous les autres bureaux étaient occupés par le reste l’équipe. Devant les sourires ironiques j’ai été dans l’obligation de quitter le service et de me réfugier dans une annexe en préfabriqué.
    Mon supérieur hiérarchique, averti, m’a dit avoir entendu ma collègue harceleuse. Son avis : un son de cloche contre un autre !
    Mon directeur d’établissement a trouvé la solution : m’expatrier dès le lundi 18 Avril 2005 dans une aile désafectée de l’établissement pénitentiaire où je travaille depuis 10 ans. J’y serai seule avec pour but de monter un centre de documentation et d’information où personne ne viendra car situé trop à l’écart.
    Auparavant j’ai "appris" que je sentais mauvais, que j’étais une incompétente (je suis fonctionnaire depuis 1981), que je devais obéir à tout ordre sans discuter, que je devais laisser mes fournitures de bureau à la disposition de tous, que mes photos personnelles étaient interdites, etc, etc...
    Et avec ça, je suis constamment surveillée.
    Seule la psychologue de l’établissement m’a écoutée. Elle estime que je suis victime de harcèlement professionnel (elle connaît mes collègue) et m’incite à avoir recours à la loi. Elle dit que je suis un "bouc émissaire" qu’il faut virer à tout prix pour que ma jeune collègue prenne mon poste. La fin justifie les moyens...
    Que faire ?

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 5 mai 2005 à 09:24, par athena

      surtout ne pas rien faire.
      votre patron a des obligations, il doit prendre toutes les mesures de prévention mais aussi entendre les deux parties et protéger la victime. Ce que vous subissez est typique des techniques de harcèlement. Que veut votre patron ? Votre démission ? Vous devez noter avec les dates tous les faits, si possible avoir des preuves, voir les délégués du personnel s’il ya. C’est très bien d’avoir vu la psychologue (en plus elle pourra vous faire un certificat). Mais suivez son conseil, une fois tous les éléments rassemblés,, consultez un avocat. Se lancer dans une procédure est très éprouvant mais rester dans votre situation serait pire. De plus, qui dit que cette personne ne s’en pendra pas à d’autres ? Pour les frais d’avocat, vous pouvez bénéficier de l’aide juridictionnelle, demandez le lui.
      Bon courage et ne vous laissez plus faire, c’est votre santé physique et psychologique qui est en jeu. Pensez-y...

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 21 novembre 2005 à 12:54, par cecile

      ne perdez pas le fil de vos idees ne culpabilisez pas essayez de faire ecrire par la direction cce que l on vous reproche accumulez des preuves pendant que vous etes dans l entreprise envoyez un courrier avec acc de rec demandez pourquoi on vous a change de ploace demandez des reponses a toutes vos questions le fait de votre odeur ca s appelle de la diffamation allez voir la medecine du travail exposez votre cas consulter a travers la medecine du travail un psycologue specialise dans la souffcrance au travail aller voir un syndicat pour une consultation d avocat ne vous mettez jamais en doute vous n avez rien fait de mal vous etes victime d un systheme de killers trouvez reconfort dans des valeurs sures famille amis

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 7 mai 2005 à 11:43, par NG

    Merci d’avoir pris en compte le harcèlement au travail car j’en ai été victime et à l’époque cela "n’existait pas". Je n’ai donc pu rien faire d’autre que d’être licenciée.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 8 juin 2005 à 22:21, par lola

    je travaille ds une ste depuis 11 ans et depuis 10 mois je suis chef d’equipe et je subi du harcelement envers qqs personnes que je dirige !!
    que faire ?? ces personnes font partie de la CGT et ont descidees de me faire sauter !!

    Répondre à ce message

  • Besoin de conseil Le 26 juin 2005 à 00:30, par Laetitia

    Bonjour,

    Je travaille dans une clinique privée en tant que secretaire medicale depuis maintenant 6 ans ce qui fait de moi la plus ancienne dans le service. Il y a un mois environ, mon patron m’a envoyé une lettre recommandée avec accusé de réception me convoquant pour un entretien pour lequel je pouvais me faire assister d’un représentant syndical (ça ressemblait clairement aux prémices d’un licenciement). Le jour J, mon patron nous a dit qu’il souhaitait que je m’en aille mais qu’il n’avait pas de motif de licenciement et me proposai une transaction selon ses termes et ajouta que je n’aurai ensuite pas droit aux ASSEDIC... mon représentant syndical m’a fortement déconseillé d’accepter même si pour moi il en était déjà hors de question ! Ce n’est pas la première fois que je reçois des lettres recommandées destinées à me convoquer en entretien (cela fait 4 fois !) avec 2 d’entre elles dont la dernière envoyées pendant mes congés.
    pour la seconde, mon patron a l’aide d’une collègue ont fouillé dans mon casier pour s’apercevoir que j’avais oublié de rappeler des patients pour les prévenir que la date d’encaissement de leurs chèques n’était plus bonne...effectivement un oubli de ma part...ce qui m’a value de me faire enlever cette tâche...aujourd’hui, je suis restreinte à la consultation et au tapage de compte rendu.
    Dernière péripétie, mon patron vient de refuser mes vacances alors que l’on s’était mis d’accord auparavant avec mes collègues et lui (mais pas par ecrit...) et je me demande si ce n’est pas parce que j’ai refusé son offre de transaction....il souhaite d’ailleurs me re-rencontrer et donc que je change d’avis.

    Ma question est la suivante, au vue de ces éléments (et j’en oublie plusieurs qui allongeraient trop mon récit) puis-je prétendre à être victime d’un harcèlement moral ? Y a-t-il un degré de harcèlement ? mon sentiment d’impuissance et de dégoût vous semble-t-il justifié ? Que dois-je faire ? Annuler mes réservations ?

    Mercide votre aide

    LG

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 29 juin 2005 à 12:22, par OLGA

    JE SUBI CES TECHNIQUES DEPUIS UN CERTAIN TEMPS ET J’ESSAIE DE ME PROTEGER EN ME RENFERMANT SUR MOI MEME ET EN ESSAYANT D’AVOIR UN CONTACT REDUIT POUR NE PAS AVOIR DE REPROCHES OU D’HUMILIATION
    A VOTRE AVIS COMMENT DOIS-JE REAGIR REELLEMENT ?
    MERCI

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 2 août 2005 à 15:47, par Candy KIRCHDOERFFER

    Bonjour,

    Je vous écris car j’ai besoin d’aide.
    Je travaille dans une mairie et je pense etre victime d’harcélement morale de la part de mon Directeur.
    Tout à commencé depuis l’annonce de ma grossesse. Sa réponse à été " D’ici là, tu peux toujours le perdre".
    Puis, tous les jours les reproches tombaient : " si j’avais su que tu serais enceinte si vite, je ne t’aurais pas embauché ! Tu désorganise l’équipe,tu vas devenir un vrai cas social ! si tu veux encore avorter, je t’aiderais en te mettant des coups de pieds dans le ventre ! Arréte de manger, tu vas devenir une baleine !" et j’en passe !
    De plus, il fumait dans le bureaux et me demandait a 7 mois de grossesse de porter des rammes de papier pour l’imprimante, ce que je refusais évidemment.
    Il me dénigrait sans cesse devant les jeunes que j’accueillait (je suis conseillère en insertion)et m’accusais sans cesse de la moindre erreur que lui méme commettait !!
    Avant de partir en congé maternité, j’ai formé une jeune femme pour qu’elle me remplace. J’ai gardé de trés bons contacts avec elle et elle me donne régulièrement des nouvelles : Il passe son temps à me critiquer moi et mon compagnon (chose qu’il faisait régulièrement car mon ami est au chômage et il ne le supportait pas !)et dit qu’il va me "mettre essentiellement à la saisie" lors de mon retour alors que ma définition de fonction spécifie bien l’accueil et l’orientation des jeunes !!! Et cela, juste pour me "punir" !!
    De plus, un poste à été ouvert dans notre service avec un salaire trés correct et demandant une expérience en insertion professionnelle ainsi qu’un bac +2. J’ai ce diplôme et l’expérience mais il ne me l’a pas proposé mais à embauché une de ses amies qui n’a pas un bac !! Alors que pourtant, la région demandait un bac +2 !
    Je suis encore en congé maternité et j’ai très peur de retourner au travail de plus qu’il m’appel "régulièrement" pour connaitre la date de mon retour alors qu’il l’a connait car je lui est précisé à lui ainsi qu’au service du personnel.
    J’ai déjà parlé à la médecine du travail mais j’aimerais réellemnt connaître mes droits et surtout ses obligations !! Quels peuvent être les recours et comment je doit me comporter lors de ma reprise ?
    Je vous remercie d’vance pour vos réponses.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 10 août 2005 à 16:13, par laetitia

      tu peux déjà faire un courrier à l’inspection du travail pour leur dire qu’elles étaient les pressions que tu avais quand tu étais enceintes avec un double à ton supérieur après cela tu peux faire appel à un syndicat pour qu’il t’oriente vers les démarches qu’il y aurait éventuellement plus loin.
      Mon mari lui aussi est victime d’harcèlement moral à son travail, et comme je suis déléguée syndicale, je peux te dire que j’ai fait un courrier à la haute direction et comme par hasard tout c’est calmé.

      Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 19 septembre 2005 à 11:22

      bonjour, votre témoignage m’interpelle. Je suis réalisatrice de film et m’intéresse de très près aux problèmes que peuvent rencontrer des femmes enceintes ou au retour du congés maternité avec leur employeurs. C’est une situation que je souhaiterais dénoncer afin de mettre en lumière le harcèlement que subisse certaines femmes voulant avoir des enfants. Ce sujet reste encore tabou mais devant l’ampleur du phénomène, je souhaiterais en faire un film. Y -at-il un téléphone où je puisse vous joindre pour en parler ? ou une adresse mail ? Cela serait juste pour discuter avec vous de ces difficultés que vous décrivez dans votre témoignage. voici mon mail [email protected]
      A bientôt j’espère.

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 16 août 2005 à 15:20, par gantilcaf

    je vous écris car il y a plusieurs choses qui me paraissent bizard dans le boulot de mon ami. certes il travail en cuisine, c’est vrai que cest un monde a part.

    tout d’abord il manque de l’argent sur la fiche de paie.a qui puis je demandé si la fiche de paye est bonne ?

    ensuite en bas de sa fiche de paie il ya une case avec marqué congés restant 38 es ce bien les conges des autres années qui nont pas été pris car si cest cela je voudrai savoir si ils nauraient pas dû être payer ?

    son chef de cuisine est toujours en train de dire quil ne sait pas travailler mais cela fait 6 ans quil travaille au même endroit. c’est vrai que ce n’est pas un homme parfait il lui arrive d’être un peu plus lent . mais es ce une raison pour lui faire nettoyer les murs en plus de son travail, de l’envoyer lui un quart d’heure avant de partir nettoyer et trier le frigo pendantque les autres finissent de ranger ?

    quand il part en vacances il se demande ce que lon va lui dire quand il va rentrer car une fois il y a eu une personne qui la remplacé pour les vacances. quand il est rentré le chef de cuisine lui a dit quil fallait quil fasse attention car la personne qui la remplacé travaille mieux que lui et quil pourrait bien prendre sa place. en fait psychologiquement il est toujours en train de se demander plein de choses. même pendant ces vacances il pense au travail se demandant si les autres sen sortiront tous seul ... aujourdhui cest son dernier jour avant ces vacances ce matin il est parti plus tot pour nettoyer a fond le frigo son plan de travail voir même d’avancer le travail pour les autres ne lui disent rien avant quil ne parte pour peut être partir plus tranquille en vacances.

    une fois il est rentré perplexe il ma demandé si une intoxication alimentaire pouvait arrivé en 1 ou2 heures car les serveurs sont venus lui dire quils avaient mal au vantre, ensuite le lendemain il a appris quils avaient, durant le reste de la soirée, chercher dans la cuisine ce que mon ami avait utilisé pour faire leur plat.
    ensuite on lui a dit aussi que ce quil cuisine n’est pas bon , mais ils mangent toujours.

    et j’en passe et des meilleurs.

    quand mon ami perd la tête( pête un capable) , parce que cela dure depuis 6 ans, on lui dit quil ne pourra pas trouvé un meilleur travail que celui la, en lui disant toujours presque quil est incapable et que cest bien beau si on la gardé dans cette entreprise

    dans cette entreprise il y a aussi de largent au noir des personnes payé au noir ...

    je voudrai un serieux coup de main pour savoir ce que je dois faire pour l’aider ?

    par avance je vous remercie de laide que vous pourrez mapporter

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 15 septembre 2005 à 15:17, par soon

      il faut aller voir la medecine du travail il pourront peut etre l’aider moi mon patron me fais du harcelement et ducoup je suis aller les voir et il m’a mis inapte pour ce poste car je ne pensait plus qu’a ca je me mettais meme a trembler en allant au boulot ceci l’obligera a me licencié par la suite au moin je ne serait pas dans la merde j’aurais au moin les assedics et il sera au moin puni par ca car il me force a demissionner pour ne pas avoir a me licencié car ca lui coute trop cher

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 22 août 2005 à 13:59, par [email protected]

    bonjour,

    je souhaite simplement savoir une chose :

    dans ce que vous ecrivez dans votre article, vous dites que le fait d’envoyer une lettre recommandee avec accusé de réception, de dire toujours que le travail est mal fait, de fouiller les affaires est un caractère d’harcelement moral.

    je travaille actuellement dans une société. j’ai un patron qui me dit toujours que mon travail n’est pas bien fait, me dit que je ne suis pas faite pour l’administration, m’envoie une lettre recommandee avec accusé de reception en me disant tout ce qui ne va pas et en me disant que ce courrier pourra servir de premier avertissement s’il avait encore à formuler ces reproches dans le courant de l’annee, qui fouille dans mon ordinateur et efface des fichiers personnels (il dit qu’il a vu ces fichiers suite à des pannes mais aucune panne n’a ete constatée sur mon ordinateur)...est ce que tout ça correspond à du harcèlement moral ?
    merci de votre reponse

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 1er septembre 2005 à 23:06, par [email protected]

    bonjour, je travaille en horticulture depuis 10 ans dans la même entreprise
    mon mari étant chef d’équipe , j’ai deux patrons frère associé en scea.
    les techniques de travaille sont dur
    ainsi que les heures en saison,
    printemps 8hrs 12hrs 13hrs 20hrs voir plus tard. et cella pour la moitié des employé qui veulent se prété à cela, depuis quelques temps mes employeurs , me harcellent morallement, l’un d’eux me parle comme à une enfant de 5 ans lorsqu’il me parle, me reproche d’avoir brulé ses cutting de chrysanthémes, alors que j’utilise les mêmes produits phytosanitaires depuis des années, brimades constantes en particulié l’orsque j’encadre des saisonniers et stagiaires en vue de m’abaissé, je n’aie pas de primes d’enciennetée et les dialogues sont limité au minimum, mon travaille est surveillé sans sesse doi je prendre cella comme du harcélement moral .il y à bien d’autres détails croustillant,ainsi que les jours fériés non payés lors des vacances et tant d’autres

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 20 octobre 2005 à 13:33, par senna

    Bonjour

    Je me permets de répondre au différents critères de harcèlement car je suis moi même depuis 1 semaine dans cette position et tous les matins quand je vais au bureau ma responsable me harcèle en me disant que c’est mon employeur sue je n’est rien à dire qu’elle mene les renes, que si elle décide de ma parler sur un ton méchant elle à le droit car c’est l’employeur.
    Nous sommes 2 dans l’association et l’autre personne est son amie depuis 10 ansdonc aucun soutient cematin encore j’était en larme

    Merci de m’aider elle menace de me licencier pour incompatibilité d’humeur.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 25 octobre 2005 à 18:18, par BUISSON Bernard pére de Jean-Bernard

    Pouvez vous nous aider ? Voici ce qui a rendu mon fils malade de dépression !
    Lettre adréssée à ses patrons

    Jean-Bernard BUISSON
    8 faubourg du Soleil
    30100 Ales
    Ambulances Buisson
    Me Toiron, Mr Piatte
    5 rue Commandant Audibert
    30100. Alès

    Ales le mardi 21 octobre 2005

    Madame, Monsieur,

    En réponse à votre lettre du 26 septembre 2005 et face à votre intransigeance, je me vois dans l’obligation de vous faire part de mes griefs à votre encontre.
    En effet depuis le changement de direction de l’entreprise en décembre 2001, je subis un harcèlement journalier moral et psychologique. Pourtant en 2002 c’est grâce à mes diplômes aussi bien ambulance que pompes funèbres, que l’entreprise pouvait fonctionner et j’étais affecté à toutes les tâches, Des lors que vous avez fait passer les diplômes à mes collègues je me suis vu écarté de tout.
    Mes griefs.

    En premier lieu, la mention sous directeur n’est plus apparue sur mes bulletins de salaires.
    Je suis victime depuis cette date d’une mise au placard totale, en effet j’ai tout de suite été écarté de toutes responsabilisées. J’effectuais la facturation tant ambulancière que pompes funèbres et cela à été terminé, je réglais les décès, j’étais maître de cérémonie, j’effectuais des mises en bière, tout cela terminé
    Dans l’activité Ambulance, j’effectuais des courses VSL, depuis lors vous me confiez exclusivement les transports allongés les plus pénibles, alors que je souffre atrocement du dos. Vous m’avez mis de garde chaque année pour les fêtes alors qu’il était assurément possible de partager avec le reste du personnel. Pour ce qui est des véhicules vous m’affectez toujours les plus anciens, pourtant je n’ai jamais eu d’accident. Je vois la de la discrimination dans le but de me mortifier.
    Pour ce qui est de mon salaire, je n’ai plus eu d’augmentation, alors que mes collègues de l’entreprise en ont eu plusieurs fois.
    J’avais une prime de fin d’année régulièrement, elle a été supprimée.
    Ce qui fait le plus mal ce sont les injures verbales du style,"branleur, glandeur, fainéant", et j’en passe.
    Bien souvent la convention collective et le droit du travail n’ont pas été respectés, je ne citerai que le paiement des permanences et des I.D.A.J.
    En fait, je crois que vous aimeriez que je démissionne, pour éviter de me payer des indemnités de licenciement que vous avez négociées avec mes parents, et qui représentent une année de salaire. Ayant supporté tout cela jusqu’à ce jour, et voyant que je ne pars pas, je pense que vous cherchez à me licencier pour faute lourde.

    Tout cela fait que je ne sais plus quelle est ma place, que je perds toute confiance en moi, je perds le respect de moi même.
    Je suis tellement mal dans ma peau que j’évite le plus possible de vous rencontrer, et que je me demande ce que vaut ma vie.
    Je sombre à coup sûr dans la maladie, j’ai une femme et deux enfants, il est grand temps que vous mettiez fin à ce harcèlement que je ne peux plus endurer. J’espère pouvoir me reconstruire.

    Je vous prie de croire ,Madame ,Monsieur à l’expression de mes sentiments dévoués.

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 30 juin 2006 à 08:46, par bernard BUISSON

      A l’attention du [email protected] :
      Bonjour,

      Je vous remercie de bien vouloir procéder dans les meilleurs délais à la suppression de l’article concernant :
      "Jean-Bernard BUISSON 8 faubourg du Soleil 30100 Ales Ambulances Buisson Me Toiron, Mr Piatte 5 rue Commandant Audibert 30100. Alès ",

      paru sur le site en date du 25 octobre 2005 et répertorié sous la page suivante :

      " www.harcelement.org/article104.html "

      comme le prévoit l’art. 34 de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978.

      En vous remerciant par avance de toute l’attention que vous porterez à la présente, et en sollicitant de votre part toute la diligence possible.

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 12 décembre 2005 à 15:31

    bonjour,

    J’écris au nom d’un ami.

    Il a passé 3 ans au chomage et depuis mars 05, il a retrouvé un poste dans une toute petite structure dirigée par une femme. Au début ils n’étaient que deux et cela se passait assez bien. Puis en octobre une jeune femme a intégré la société. Depuis rien ne va plus. L’employeur trouve tous les défauts du monde à mon ami : il ne travaille pas assez vite, ne respecte pas les procédures, etc. De plus, elle prétend qu’elle est chez elle et en profite pour fumer dans le bureau qu’ils partagent alors que mon ami est non fumeur. elle fait retomber toutes les erreurs sur lui, sachant que parfois il s’agit aussi de la nouvelle employée. Mais elle se débrouille pour le rendre responsable.

    Il a été mis à l’écart de toute la partie administrative alors qu’ils sont en train de mettre en place un nouveau logiciel censé diminuer les risques d’erreurs qui sont très importants du fait de la mauvaise organisation du système en place. Par contre, on lui donne les tâches administratives "ingrates" comme ranger les dossiers, trier et ranger les factures, etc, alors qu’il ne devrait faire que de l’exploitation et pas d’administratif. En plus de fumer dans le bureau, on lui reproche d’allumer la lumière car ça consomme trop. A cela s’ajoutent des remarques d’ordre personnel, notamment sur son parcours professionnel qui sous-entendent que tous les métiers qu’il a exercé jusqu’alors sont des métiers de "fainéant". Et régulièrement, elle demande à la dernière arrivée si sa copine sera bientôt disponible, d’un air de dire que mon ami serait bien vite remplacé de toute façon.

    Qu’en pensez-vous ? Evidemment, cette situation est très difficile à supporter, d’autant que le chômage qu’il a déjà connu le rend encore plus fragile car il ne voudrait pas retomber dans cette galère.

    Merci.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 6 janvier 2006 à 12:28

    je vien de consulter votre site et je me rend compte que nous vivons beaucoup de chose similaires a vos textes moi et mes collegues sur notre lieu de travail.Nous avons rendez vous ce lundi avec l’inspecteur du travail ,mais nous sommes completement desemparer on a l’impression d’etre mise au placard ça devien terrible on reçoit des menaces de certaines collegues car deux clans se sont creer.On fini par avoir peur d’agir on ne sais plus ce que l’on doit faire.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 12 janvier 2006 à 20:29, par joey

    je travail dans le prêt à porté enfant et je suis victime harcèlement morale et discrimination raciale ; certaines de mes collégues sont au courant mais par manque de connaîssance je ne sais comment réagir ou qui m’adressée pour cesser tout cela.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 13 mars 2006 à 15:10, par Jetsuna

    Bonjour,

    La fin de mon congé maternité approche et j’appréhende de retourner à mon travail.
    Lorsque j’ai annoncé ma grossesse à mon patron, celui ci m’avait répondu : "c’est une bonne chose humainement mais une mauvaise chose pour l’entreprise...". A partir de ce moment ma vie professionnelle est devenue un enfer : commerciale terrain, je devais dorénavant décharger les camions (alors que les vibrations sont néfastes pour le foetus), porter des charges lourdes, faire des livraisons, etc...mes résultats commerciaux étaient systématiquement critiqués, jusqu’au jour où il m’a critiqué ouvertement devant mes collègues, me disant meme que j’avais une sale gueule. Sur cette phrase, je suis rentrée chez moi en pleurant et me suis mise en arret maladie. J’ai reçu deux lettres d’avertissement pour faute à la suite de cet entretien. Evidemment, si je n’avais pas été enceinte j’aurais réagit différemment, en contestant ce qu’il disait, mais à 3 mois de grossesse, on est très vulnérable à cause des hormones.
    Bref, mon retour approche, et j’ai eu vent de ce qui m’attendait : mise au placard, plus de commercial terrain, interdiction d’aller voir mes anciens clients. Mon poste est occupé par qqn d’autre....je ne sais meme pas si j’aurais un bureau...
    Je suis allée voir la médecine du travail pendant mon arret, et bien sûr je compte y retourner à mon retour (de plus cette visite est obligatoire). J’aimerais que ce patron paye pour ce qu’il fait (il a aussi viré un autre employé en janvier, sous prétexte bidon....).Et il a été attaqué plusieurs fois aux prud’hommes mais les employés concernés ne sont jamais allés au bout de la démarche).
    Merci de vos conseils.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 21 mars 2006 à 14:30, par MARGUERITE

    Madame, Monsieur,
    je suis adjoint administratif faisant les fonctions de secrétaire de mairie dans une commune de 270 hab. Le Maire m’a recruté d’urgence il y a 4 ans parce qu’il souhaitait un agent avec une bonne expérience de secrétaire de mairie. Ce que je suis parce qu’en parallèle afin de travailler à plein temps, je travaille pour une autre mairie et un syndicat des eaux. En septembre 2003, à mon retour de vacances, le Maire ne venait plus en mairie et toute tâche était inscrite sur des post-il. Depuis la situation n’a fait que ce dégrader. Il a mis en place un cahier appelé "main courante" afin que je n’ai plus a enregistrer le courrier arrivé et obéir à tous les ordres inscrits. Les seules fois où il vient en Mairie, c’est à dire très rarement, avant il était toujours là, c’est pour faire des reproches sur mon travail. Je ne sais pas travailler et aussi prouver au administrés mon incapacité.
    Est-ce que je subis une forme de harcèlement moral ? Pouvez-vous m’apporter une solution à mon problème.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 23 juin 2006 à 15:30, par beatrice van eysden

    bjr.merci d avoir pu lire votre article.mon épouse est dans le cas des méthodes punitives comme vous me l expliquer.nous habitons en belgique.pourriez vous éclairer notre horizon pour la méthode a suivre. vous pourrez me contacter sur mon adresse........[email protected]

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 30 juin 2006 à 00:32, par BUISSON Bernard

    Bonjour, veuillez svp supprimer ma lettre du 25 octobre 2005 du forum car je risque des poursuites, le nom de l’entreprise et des gérannts y figurants.je n’arrive pas a vous joindre autrement. Merci d’avance et répondez moi pour me tranquiliser merci. Salutations Bernard BUISSON

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 3 juillet 2006 à 11:11

    actuellement en maladie pour depression je me reconnait totalement dans votre article mon patron me fait subir actellement se que vous decrivez et je ne sais plus quoi faire

    Répondre à ce message

    • Agir ou subir, il faut choisir... Le 18 juillet 2006 à 13:34

      Bonjour,

      J’ai travaillé pour une grande multinationale pendant 6 ans.

      Actuellment, je suis a la recherche d’un emploi. Victime de harcelement, j’ai fini par faire une dépression, mais avant, j’ai puisé dans mes dernières ressources pour monter mon dossier,car, bien entendu j’ai contesté les motifs évoqués.
      Ma démarche a été la suivante :
      1- Observateur : constat d’un changement d’attitude, sur des faits précis = demande d’explications PAR ECRIT. Pas de réponse.
      2- Acteurs : faire appel au délégué du personnel et demande de conseils auprès d’un cabinet d’avocats
      3- Executer les taches absurdes demandées par le N+1 ou autre, mais toujours demander la confirmation par écrit.
      Si cette confirmation ne vient pas noter dans un agenda, la date, l’heure de la demande, les personnes présentes, etc. Toujours utiliser les propos du harceleur en évitant tout jugement.
      4- Une fois l’agenda bien rempli, envoyer un recommandé qui reprend le contenu de vos notes(validé par l’avocat !) à la DRH, copie le délégué du personnel , voir éventuellement l’inspection du travail.
      5- Si la DRH ne réagit pas et que le bourreau est toujours sur le pied de guerre, aux grands maux, les grands remèdes, sasissez directement le conseil des prud’hommes
      6- N’hésitez pas à demander un entretien avec le medecin du travail afin de lui parler de votre état psychologique.

      Petit conseil par rapport à mon expérience personnel : la technique du questionnement peut destabiliser le harceleur et le pousse à commettre des fautes qui peuvent être utilisées contre lui.

      Le jugement aura lieu en mai 2007, mon ancien employeur a demandé le renvoi lors de la première audience.

      Cela a été dure, très dure, mais je me reconstruit et remonte fièrement la pente

      Bon courage

      Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 30 juillet 2006 à 12:37

    Bonjour,

    Je travaille dans une grande entreprise, dans un service social du personnel. Les relations professionnelles avec mes collègues assistantes sociales sont excessivements conflictuelles. Et je me suis retrouvée à deux reprises il y a quelques semaines, en pleurs pratiquement au service médical, face à l’attitude de mes collègues. Est-ce qu’on peut parler de harcèlement moral entre collègues sans rapport de hiérarchie ?
    Pour donner des exemples,
    - elles ne me disent pas toujours bonjour lorsqu’elles arrivent (je suis la 1ère à ariver au bureau)
    - elles s’enferment dans un bureau pour discuter et si je rentre ds ce bureau elles se taisent visibement mal à l’aise
    - elles oublient de me communiquer leurs info quand elles en ont, une en particulier ne m’adresse jamais les comptes rendus des réunions auxquelles elle assiste
    - elles ont demandé à mon responsable de me refuser un stage, car je veux changer de métier (pour info il ne l’a pas fait)
    il y aurait encore bcp d’autres chs à raconter,
    Merci de vos témoignages, et de me dire si ce type de comportement relève du harcèlement moral.

    MPS

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 25 septembre 2006 à 14:33, par mirabel

    je suis en arrêt maladie et j’ai de mandé ma feuille de paie d’août. Nous sommes le 25 septembre et je ne l’ai toujours pas reçue

    Répondre à ce message

    • > Les techniques de harcèlement Le 30 septembre 2006 à 13:47

      Bonjour,

      Je voudrais juste te donner un conseil d’expérience. Si tu ne reçois pas les documents formels à ton contrat de travail tu les réclames par lettre recommandée accusé réception et si non réponse dans un deuxième cas par injonction de faire, tu trouvera des courriers types sur le net.Bon courage.

      Répondre à ce message

  • > témoignage d’une injustice flagrante, harcèlement. Le 28 septembre 2006 à 13:02, par darkzejn

    Bonjour,
    Votre article, vos débats sont très intéressants, mais ce dont je souhaiterais parler aujourd’hui, c’est du sentiment de culpabilité que peux nous faire vivre un responsable de service alors que c’est lui-même qui a provoqué une situation.

    Voici ma situation actuelle.
    Ce matin j’ai pris la décision de ne pas me rendre sur mon lieu de travail, cela fait déjà depuis plusieurs semaines que les choses se dégradent sur mon lieu de travail, je suis au bord de la crise de nerfs, dors mal, n’ai plus d’appétit, et ne supporte plus de me rendre sur mon lieu de travail.

    Heureusement, j’ai un instinct de survie qui m’a poussé à pousser la porte d’un psy, me permettant de mettre les choses à plat, et pouvoir relater les faits tels que je les ai vécus.
    J’ai d’autre part la chance d’avoir une formation de psychologue, me permettant de comprendre ce qui se passe autour de moi, même si cela ne m’a pas empèchait d’en être victime...

    Tout a commencé par un besoin de parler de mon travail avec ma chef.
    Il me semblait en effet normal de souhaiter débattre sur mon activité au sein de la société alors que ce la faisait 6 mois que j’y étais.

    Mon activité consiste à accomplir des missions marketings, appeler les clients et leur vendre les nouveaux produits, les informer sur différents thèmes, leur faire faire des questionnaires...
    Une place intéressante dans le milieu du phoning, du démarchage téléphonique auprès des clients de la société.
    Cette place me plaisait, elle me permettait de mettre en avant mes qualités de commerciale, de relationnel, des qualités que j’ai pu développer au fil des années dans mes différents expériences en phoning.

    J’aimais ce que je faisais, mais n’avais jamais de retour de la part de ma chef des actions menées, des résultats, pire elle ne s’intéressait plus depuis plusieurs semaines à nos activités à moi et ma collègue, et ne venait jamais nous voir pour en parler, nous demander comment les choses se passaient...

    C’est pourquoi j’ai décidé un jour de lui demander un entretien afin d’en parler avant son départ en vacances d’été (qui devait durer 4 semaines).

    J’attendais de cet entretien qu’elle me rebooste, me sentant démotivée, fatiguée et à bout, du fait d’avoir le sentiment que nos actions ne l’intéressait pas.
    Je lui envoyais donc un mail, lui signifiant très clairement que j’allais mal et me sentais démotivée par mon travail.

    Je me doutais par ailleurs qu’elle n’avait rien à me reprocher concernant mon travail, réalisant un grand nombre d’appels par jour, me sentant tout à fait à l’aise dans mon activité et dans mon discours, et surtout ayant un excellent relationnel avec les clients, obtenant systèmatiquement d’eux ce que je voulais.

    Je ressentais tout de même un vide, une non communication entre ma chef et moi, et pire un désintérêt total pour mon activité.

    Ma chef ma reçu dans son bureau le vendredi après-midi 20 mn avant que je partes en WE et qu’elle parte en vacances durant 4 semaines.
    Il parait que c’est une vielle technique marketing que de recevoir les gens, et parler avec eux de ce qui ne va pas , 20 mn avant de partir un mois en vacance, pas mal, comme ça, on la laisse mijoter ce qu’on a à lui dire, un mois durant et on revient tranquillement.. (j’ironise bien entendu), c’est manque complet de respect, à vous de juger la suite...

    Elle me convoque, et je rentre dans son bureau en lui expliquant la raison de mon besoin de lui parler, mes impressions de ne pas trouver ma place au sein de la société, mon sentiment qu’elle se désintéresse de mon travail...

    Je souhaitais ouvrir le débat, discuter... Apparemment cela l’a fortement dérangé que ce soit moi qui prenne cette initiative. C’est une personne froide et hautaine, qui n’a aucun considération pour ses employés, les snob, ne prend pas la peine de les saluer...

    Je n’avais pas le mode d’emploi de cette chef, et il n’était pas de bon ton de lui demanderà lui parler de son propre grè...

    Pour elle, ma demande équivalait à une demande de compte, une attaque personnelle, une remise en cause de sa place de chef.
    Ma démarche, vous l’aurez bien comprise n’était en rien celle-ci. N’est-il pas humain de savoir ou mènent nos actions, à quoi correspondent les tableaux qu’elle sort et les chiffres qu’elle y affichent ?
    N’est-il pas normale d’avoir des objectifs à atteindre, un cadre définit à l’avance de manière à ce que chacun s’y tienne et surtout respecte les consignes ?

    Ce n’était en rien le cas, nos postes à moi et ma collègue venaient d’être créés, et cette chef ne connaissant rien à l’activité d’appels sortants n’avait définit aucun cadre précis.
    Cette situation était confusionnante pour moi, j’avais jusqu’à présent été habitué à travers mes différents travails à avoir des objectifs à atteidre, à respecter des règles.
    Là j’étais contrainte à definir moi-même mes propres règles de conduites.
    Chose plus grave, mes deux collègues à côtés me critiquaient prétendant que j’en faisais trop, ayant toujours un nombre largement supérieur d’appels au leurs, je les dérangeais, ils me mettaient à l’écart, parlaient derrière mon dos, prenaient de nombreuses pauses, pendant que je me tapais tout le travail...
    Et cela sous le regard bienveillant de cette chef, sans même qu’elle ne réagisse ou ne dise quoi que ce soit.

    Le monde était à l’envers, c’était à croire que ceux qui travaillaient réellement, faisaient correctement leur travail, respectaient des règles (non fixées, mais de bon sens) étaient mal perçus par cette chef.
    C’était comme ci elle avait créé un service, mais qu’elle faisait tout pour que celui-ci ne fonctionne pas, en embauchant des personnes incompétentes, non motivées, voir j’en foutiste...
    J’avais le sentiment d’être réellement la seule à bien travailler. D’ailleurs ce sentiment de solitude se retrouvait et se retrouve toujours...

    Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais à ma demande de rencontre dans son bureau...

    Premier point, est-il normal qu’elle accepte enfin de s’entretenir avec moi, le vendredi, veille de WE, 20mn avant que je partes et peut-être 1 h avant qu’elle- même parte durant un mois en vacance ?
    Ne voit-on pas là une marque de manque de respect ?
    Ayant attendu cet entretien plusieurs jous, plusieurs heures durant, j’étais enfin satisfaite de pouvoir discuter avec elle.

    A mon entrée dans son bureau, celle-ci a été cassante avec moi (cela allait ponctuer le reste de l’entretien), me demandant l’objet de ma venue, et se moquant de mon soi-disant besoin de reconnaissance narcissique qu’elle me félicite tous les 3 jours pour mon bon travail...
    En rien je ne lui avais demandé ce genre de chose, je lui faisais simplement remarquer que mon sentiment profond, était qu’elle se désintéressait totalement de nos actions téléphoniques en cours...
    Celle-ci me répondait alors que la raison pour laquelle elle ne me consultait pas c’est parce qu’elle estimait ne pas avoir à le faire, cette action étant faite pour d’autres membres de la société, et le service marketing.

    Nous étions tout de même tenu ma collègue et moi de lui rendre des comptes, et lui envoyer quotidiennement nos résultats.
    Apparemment, d’après son principe, nous avons pas le droit d’en débattre avec elle, je trouve cela très grave.

    Cette situation est-elle normale, me concernant je la trouve fortement confusionnante, qui décide, qui fait quoi ?

    Elle n’avait rien à me reprocher d’un point de vue professionnel. Ne doutais en rien de mon sérieux.
    Quand à moi, j’en avais assez d’avoir le sentiment d’être la seule parmis mes deux collègues à réellement travailler. Alors que moi je me tapais tout le travail, passais coups de fil sur coups de fil, me chargeais de rédiiger les argumentaires, les courriers de marketing, sans jamais avoir d’aide de sa part de suggestion de présentation...

    Je ne me sentais en rien épaulé par cette chef, et souhaitais comprendre la raison de son comportement.

    La suite de l’entretien à été des plus confusionnant, elle a continué son discours en commençant à parler de moi d’un point de vue personnel.
    Prétendant que la raison de mes difficultés d’intégration étaient lié au fait que j’attendais trop des autres, allant trop vers eux, (mais n’est-ce pas justement le principe de mon action en appel sortant, ne faut-il pas être comme ça, avoir ce type de caractère pour arriver dans ce métier ?) cherchant trop à communiquer avec mon entourage...

    En quoi parler avec d’autres personnes, d’autres services est-il interdit ?

    Je me sentais seule dans mon bureau, et cela se ressentais réellement le midi, où n’ayant pas de voiture me permettant d’aller à quelques kilomètres me changer les idées (la société étant situé dans une zone industrielle, éloignées de tout).
    Personne le midi ne se proposait de déjeuner avec moi, de m’intégrer dans son groupe. Il y avait d’un côté les personnes des appels entrants et de l’autre ceux des appels sortants...

    Résultat, tous les midis je mangeais seule, me trouvais seule dans mon bureau sans même quelqu’un à qui parler, ma collègue rentrant déjeuner chez sa mère tous les midis.

    Je souhaitais également débattre de cela avec cette chef, ayant le sentiment qu’elle était en partie responsable de cette non intégration, de cette mauvaise ambiance sur le centre d’appel...

    Bref, elle a finit par me sortir des éléments très personnels, du style que je donnais une apparence d’être très sûre de moi (en appel sortants, n’est-ce pas essentiel de donner le meilleur de soi-même de façon à ne pas se faire raccrocher au nez par les clients ?).
    Prétendant que je me sentais supérieure à ma collègue, cherchant à l’écraser. La preuve était selon elle qu’à chaque fois qu’une personne du service marketing venait nous présenter une nouvelle action, je bombais selon elle mon torse en avant, et ne laissais jamais s’exprimer ma collègue, prenant toute la vedette pour moi.
    Ensuite, elle continue sur sa lancé et me parle de ma carapace que je me serais forgée au fil des années, me sentant intérieurement très fragile, avec une carapace aussi solide selon ses dires qu’une coquille d’oeuf avec des failles.

    Mais de quel droit une supérieure hiérarchique se permet-elle de faire des remarques aussi personnelles ? N’est-ce pas une manière de chercher à destabiliser un ennemi que de lui sortir ce genre de propos ? En quoi suis-je son ennemi.

    D’autres personnes avec qui j’ai parlé de cette situation m’ont expliquées, que la raison de ses agissements était qu’elle était jalouse de la facilité que j’avais à mener sans son aide les actions (bien obligée de se débrouiller lorsque sa propre chef ne vous aide pas, et vous considère systèmatiquement comme une idiote à chaque fois que vous lui demandez conseils...)

    De plus, elle mettait à chaque fois 3 jours avant de répondre à un besoin ou une question. Elle a mis 1 mois et demi avant de me rendre la feuille de congé, ne nous disant pas si oui ou non, nous pouvions faire nos réservations pour nos vacances... (c’est quelque chose qu’elle fait avec tout le monde...)
    Bien obligé dans ce cas de se débrouiller tout seul...

    Mais surtout de quel droit se permait-elle de me sortir des choses aussi intimes, certes, elle avait raison, ma carapace s’est forgée au fil des années, bien obligé lorsque l’on a pas eu la chance de grandir dans un environnement sain, mais de part sa position hiérarchique, elle n’a en rien le droit d’entrer dans ma vie privé, et de l’étaler au grand jour sur mon lieu de travail. C’est à mon sens une technique de destabilisation...

    Pour terminer l’entretien (qui n’en été pas un, puisque c’est elle qui l’a mené du début à la fin), coup de poing final, elle a finit par dénigrer l’action que nous faisions depuis 1 mois et demi ma collègue et moi, concernant de la détection de projet, et de la prise de RDV, prétendant qu’à son sens cette action n’avait aucune utilité, qu’il était inutile d’appeler un client et de lui demander s’il souhaite ou non rencontrer le commercial afin qu’il lui présente les nouveaux produits...

    Cette dénigration de mon travail était comme une douche glaciale. A croire que tout ce que je faisais, tout ce que j’étais, la dérangeait. Assommée, je suis rentrée chez moi, y ai pensé tout le WE et souhaitais en reparler avec elle la semaine suivante, manque de bol, elle était partie en vacance et cela durant un mois.

    Imaginez-vous l’état d’esprit dans lequel je me trouvais, complètement cassée, démotivée (comment continuer une action à laquelle sa propre chef ne croit pas ? et j’en passes).

    Il fallait que je lui en parle, c’était trop grave ce qu’elle m’avait dit. Au lieu de me rebooster en bon chef qui se respecte, elle m’avait complètement cassé intérieurement. J’étais en colère contre elle, et ai finit par en parler autour de moi, notamment à un autre cadre qui l’a connait très bien et m’a expliqué beaucoup de choses la concernant, notamment que je ne suis pas la seule a avoir été cassée de la sorte, et qu’elle se sent invulnérable et intouchable, du fait d’avoir été l’assistante du PDG de la société...

    A son retour de vacances, j’étais calmé, mais extrèmement fatiguée, voir anesthésiée, ne souhaitais qu’une seule chose, partir moi aussi en vacances.
    Cela faisait tout de même 7 mois que je n’avais pas eu de vacances, c’est très long lorsque l’on fait du phoning...

    Celle-ci c’est introduite de manière brutale dans mon bureau (5 mn avant que je partes déjeuner), n’admettant pas que je bave (ce sont ses mots)sur elle à l’extérieur de son service, pour elle, je n’avais pas le droit de dire extérieurement ce qu’elle m’avait dit lors de cette entretien dans son bureau.

    Récemment, cherchant à me justifier sur mon comportement (le fait que j’ai éprouvé le besoin de me confier à d’autres membres de la société (question de survie)), elle m’a accusé de n’être qu’une commère, quelqu’un qui se nourrit du malheur des autres, en fait ce qu’elle cherche à faire, s’est retourner la situaion à son avantage, me faire culpabiliser, alalnt jusqu’à me sortir que j’avais trahis sa confiance, que mon avenir au sein de son équipe était fortement compromis du fait que j’ai osé parler derrière son dos...
    Elle cherche actuellement à me faire porter le chapeau, retourner mes collègues contre moi...
    Mais tout ça, c’est elle qui l’a provoqué, vous en conviendrez en me sortant des choses aussi personnelles, et me laissant un mois durant complètement cassée.

    Peut-être en ai-je trop parlé autour de moi, mais qu’auriez-vous fait à ma place, n’est-il pas humain de chercher une oreille attentive ailleurs, après de tels préjudices, à l’extérieur de son propre service ???

    Aujourd’hui, les choses vont de mal en pire, je consulte un psychologue-psychothérapeute qui me dit que ma chef est une grande malade, une pervers narcissique, me conseille de me faire arrêter pour maladie, de consulter le medecin du travail, mais surtout ne pas démissionner, me faire tout au plus licencier, afin de conserver mes droits ASSEDICS.

    Pour elle, ma santé psychique est en danger, ma chef cherche à me faire installer dans un fort sentiment de culpabilité, prétendant que tout est de ma faute, allant même jusqu’à manipuler l’entourage contre moi (elle est allé voir le DRH pour parler de moi...) pour elle je suis coupable d’avoir parlé en dehors de son service, de n’avoir pas dit les choses en face, d’être une commère...

    Elle me met à l’écart de tout (sorte de mise au placard..., ne me prévenant même pas qu’un nouveau arrivait ce lundi matin dans mon équipe.
    Dernièrement, elle m’a convoqué dans son bureau pour me gueuler dessus sous prétexte que je me serais occupé, formé le nouveau à mon métier, mon activité sans qu’elle ne me l’ai demandé...

    En fait ce qu’elle cherche à faire, c’est me faire culpabiliser d’avoir oser parler du mal qu’elle m’a fait, me faisant me sentir coupable d’avoir trahit sa confiance... et chose suprème elle se sert de cette accusation, pour se justifier sur le fait qu’elle n’a pas à me prévenir qu’un nouveau arrive, ne veut pas me donner le privilège de le former (alors que c’est quelque chose que j’adorerais faire, transmettre mon savoir, ma connaissance...)
    Elle cherche à me rendre jalouse de ma collègue en lui confiant des responsabilités et en ne me demandant jamais rien à moi qui suis si diplômée, compétente et expérimentée dans les métiers de la communication téléphonique.
    Le problème, c’est que je vois parfaitement clair dans son petit jeu, et ne la laisserais pas créer un froid entre ma collègue et moi.

    Ma psy quand à elle pense que le son fonctionnement est pervers, que c’est une grande malade, et trouve que je m’en sors pas trop mal du fait que j’arrive à en parler, mettre des mots sur ma souffrance et mon mal-être et que je réussisse à temps à tirer la sonnette d’alarme.

    Pardonnez moi si j’ai été un peu longue, mais j’avais besoin de relater les faits tels qu’ils le sont au jour d’aujourd’hui.

    je penses qu’il ai important de rendre publique des faits aussi anormals, je ne sais pas comment la suite va se passer, j’ai décidé de ne plus retourner dans cette société, tant qu’un autre poste ne me sera pas proposé, voir un licenciement, j’estime ne pas avoir à vivre ce genre de situation, intolérable, alors que j’ai une telle conscience professionnelle...

    Vous pouvez me soutenir, débattre, je reste ouverte, merci à tous pour votre attention, désolé si j’ai été aussi longue, mais il était important pour moi de mettre des mots sur cette souffrance que peut-être le harcèlement moral sur son lieu de travail.

    Merci de m’aider, j’attends votre soutien.

    Répondre à ce message

  • > Les techniques de harcèlement Le 28 septembre 2006 à 17:04, par hamida

    Chacun son caractère si certaines personnes ne vous saluent pas : comme un collègue il ne vous harcèle pas pour autant il n est peut être même pas latent. Nous ne sommes pas obligé de lier tant qu’il ne s’occupe pas : c’est à dire s’occupe de ce que vous dites ce que vous faites dans votre dos et se la joue innocent devant vous où fais des remarques dès que vous passez près de lui...

    Répondre à ce message

  • Les techniques de harcèlement Le 26 juillet 2013 à 17:40, par Nicolas

    Bonjour et tout d’abord un grand merci pour votre site. Il me laisse entrevoir une solution à mon problème qui me bouffe litéralement. Je m’explique.

    En début d’année j’ai eu mon entretien individuel annuel pendant lequel on m’a signifié qu’un aspect de mon travail n’était pas totalement correctement fait. J’étais d’accord avec ce point (j’ai une trace écrite) Pour mieux faire mon travail j’ai décidé de m’isoler des bruits et passages devant mon bureau, certes peu nombreux mais qui me déconcentrent. Ainsi, j’ai fermé la porte de mon bureau.

    Depuis, j’ai eu deux mails, une réunion avec ma responsable dans lesquels elle me demande de laisser cette porte ouverte tout en me disant qu’elle n’a pas le droit de me l’imposer. A chaque fois je lui ai dit et écrit (j’ai donc de nouveau des preuves écrites) que je faisais cela pour me permettre de mieux me concentrer et ainsi mieux faire mon travail mais que si elle voulait je pouvais laisser la porte ouverte. Je n’ai jamais eu de réponse écrite et aucune réponse orale claire.

    Ce matin, j’ai eu le droit à une réunion avec ma responsable et la RH pendant laquelle il m’a été dit que mon comportement était inadmissible et que je devais changer d’attitude. J’ai, une fois de plus, expliqué les raisons de cette porte fermée et je n’ai eu pour seule réponse une belle lettre de deux pages me disant que mon comportement n’était pas adapté et, écrit noir sur blanc, que je devais dorénavant laisser la porte de mon bureau ouverte (donc re-preuve écrite)

    Que faire ? Ont-ils le droit d’agir ainsi ? est-ce du harcèlement ? Et si oui, quels sont mes recours ?

    Un immense merci par avance pour votre réponse car là je n’en peux plus. J’ai même été arrêté deux semaines par mon psychiatre pour dépression.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article